Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
12h - 17h
Décrochage antenne : programme musical

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Cappuccino / Cappuccino # 16 octobre 2016

Cappuccino

Cappuccino # 16 octobre 2016

Arte lirica : Les belles voix du Bel Canto
Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

Arte lirica : une émission de Cappuccino dédiée à l’art lyrique, présentée par Michel Goti et ses invités : Marcel Azencot, Floria Rosimiro et Alain Fauquier, de l’Opéra-Club Mario Lanza

- Site de l’Opéra-Club Mario Lanza

Au programme :

  • Mirelle Freni
  • Franco Corelli
  • Nicolai Gedda
  • Placido Domingo
  • Ben Heppner
  • Victoria de Los Angeles
  • Jonas Kaufmann
  • Mario Lanza

Nous avions annoncé comme programme Victoria de Los Angeles, la grande, l’illustre cantatrice espagnole.

Nous tiendrons parole, mais partiellement car il nous a semblé qu’une émission par artiste, sauf exception, limiterait nécessairement le nombre de belles voix à écouter ;

Alors il nous a semblé préférable de donner à entendre plusieurs voix par programme, pour montrer la variété des voix humaines et démontrer que la notion de beauté vocale recouvre une immense diversité : chaque voix est celle d’une personne et l’expression d’une vie et il y a autant de voix que de personnes.

Après, on aimera plus ou on aimera moins telle ou telle voix. C’est humain.

Alors commençons par la princesse du jour, Victoria de Los Angeles, une des cantatrices les plus aimées de la deuxième moitié du vingtième siècle, née à Barcelone, le 1er novembre 1923, une voix d’une exceptionnelle beauté.

Elle a chanté, dans les plus grandes salles du monde (Espagne, Scala, Metropolitan, Londres Covent Garden, Paris, l’opéra italien, français, allemand, Mozart, les zarzuelas espagnoles, les lieder, poèmes chantés allemands, les chansons traditionnelles espagnoles et même… auvergnates !

On l’écoute dans un des grands airs de « Madame Butterfly », de Giacomo Puccini, Acte II, « un Bel Di vedremo »

Elle a chanté avec les plus grands, honorés de chanter avec elle, (à ses débuts, avec Benjiamino Gigli, en 1947, puis Bjoerling, Di Stefano, NicolaÏ Gedda, Dietrich Fischer-Diskau, Elisabeth Schwartzkopf et d’autres encore, et les plus grands chefs, Sir Thomas Beecham, par exemple).

On disait de sa voix que c’était celle d’un ange, et son comportement était simple, directe, et aristocratique, avec un rapport immédiat et chaleureux avec le public. Le public l’adorait. Elle est morte le 15 janvier 2005.

Nous allons l’entendre dans un extrait de « I Pagliacci » de Ruggero Leoncavallo « Quel fiamma » (« Quelle flamme »)

Victoria de Los Angeles avait chanté avec Giuseppe Di Stefano, que le grand baryton Tito Gobbi, à qui nous avons consacré une émission, appelait « le céleste ténor lyrique ».

Di Stefano est un des plus grands ténors de la seconde moitié du 20 ème siècle, carrière faite entre la fin de la Guerre, 1945, et le début des années 1960, avec un arrêt prématuré de sa splendide carrière : le tabac, l’asthme l’ont emporté sur une magnifique voix et il dut même annuler sa dernière tournée de concerts avec Maria Callas, sa grande amie et partenaire ((et même plus).

Il avait commencé à chanter avant la Seconde Guerre Mondiale dans des cafés, des églises, des théâtres, les grands airs d’opéra et les chansons traditionnelles italiennes et napolitaines. Il arriva après la Guerre, son évasion d’un camp de prisonnier, la reprise de ses études de chant, aux plus grandes maisons d’opéra du Monde, Scala de Milan, Covent Garden à Londres, Metropolitan de New York, Paris, Chicago, San Francisco, Mexico, Buenos Aires, Rio de Janeiro, Johannesbourg, Festival de Vérone etc…

Il faudrait une émission spéciale pour un homme spécial et une voix spéciale, très claire et pure, pour celui que Mario Lanza adorait et à qui il écrivit, depuis l’Italie même : « Pippo, je crois qu’il y a toi et moi ».

Pavarotti et Carreras l’adoraient aussi, comme ils adoraient Lanza. Ces sympathies et admirations réciproques de grands chanteurs sont très émouvantes…

Di Stefano est mort en Italie le 3 mars 2008 des suites d’une agression, fin 2004, dans sa propriété au Kenya.

Écoutons le chanter un air de la Bohème de Leoncavallo, l’auteur de I Pagliacci, le très beau « Testa adorata ».

Et à propos de ce très bel air, nous vous avons réservé une petite surprise. Nous vous proposons de le réentendre par Mario Lanza.

Vous verrez, c’est aussi très beau et très émouvant et cela nous rappelle une petite anecdote : un jeune couple d’Italiens, il y a trois ans ou quatre ans, rencontrés chez un disquaire du Quartier Saint Michel- Saint Germain, à la Chaumière à Musique : lui cherchait Testa Adorata, par Mario Lanza et quand il l’a trouvé , il s’est écrié « AH ! » et il a dit à sa petite amie en Italien : « Quand tu entendras ça, tu sauras ce que c’est de chanter » ! Agréable petit souvenir !

Retour aux cantatrices, une autre grande Mirella Freni.

Du point de vue biographique, il faut savoir que Mirella FRENI est une amie d’enfance de Luciano Pavarotti. Leurs mères travaillaient toutes les deux dans une même fabrique de cigarettes à Modène. Ce sont donc véritablement des amis d’enfance qui ont eu la chance extraordinaire de faire carrière au même moment, et de faire la carrière internationale que l’on connaît, et de jouer souvent ensemble.

Mirella Freni a été découverte à l’âge de 10 ans dans un radio-crochet par Beniamino Gigli, qui lui a conseillé de cesser de chanter pour ne pas abîmer sa voix. Elle commença à prendre les cours de chant à partir de 17 ans.

Elle commence à se produire à 19 ans dans sa ville natale de Modène dans le rôle de Micaela de Carmen, de Georges Bizet, mais elle s’arrêtera assez vite pour épouser son professeur de chant, le chef d’orchestre Leone Maggiera, dont elle aura un enfant.

Sa vraie grande carrière débutera à Turin en 1958, dans la Bohème, de Puccini, où elle a le rôle de Mimi, puis reconnaissance internationale pendant la saison 1958-1959 au festival de Glyndebourne, dans le rôle d’Adina de l’Éflixir d’Amour de Donizetti, sur une mise en scène de Franco Zefirelli.

Sa carrière décolle et elle chantera sur les plus grandes scènes du monde, avec les plus grands chefs et particulièrement avec Herbert Von Karajan, avec lequel elle aura une véritable coopération musicale, et dont elle sera une des cantatrices préférées.

De même au Metropolitan Opéra de New York, où en 2005 elle fêtera le 40e anniversaire de ses débuts au Metropolitan Opéra et le 50 ème anniversaire de ses débuts à l’Opéra lors d’une soirée d’hommage sous la baguette et sur l’invitation du chef James Levine.

Elle sera une des plus grandes interprètes de Mimi de La Bohème, et de Cio Cio San de Madame Butterfly, tant vocalement que dans son jeu d’actrice.

Chose extraordinaire, elle interprète Jeanne d’Arc jeune dans l’opéra La Pucelle d’Orléans, à l’âge de 70 ans à l’Opéra National de Washington le 11 avril 2005.

Elle avait créé, avec son second mari, épousé en 1981, le grand chanteur basse bulgare Nicolaï Ghiaurov, un Centre international de Bel Canto à Vignola.

Écoutons Mirella Freni, non pas dans le rôle de Mimi, mais dans celui de Desdémone dans Otello, de Verdi

Desdémone sent qu’elle sera tuée par Otello, son mari jaloux, et elle chante « l’Ave Maria »

Venons-en maintenant à une autre grande voix, celle de Franco Corelli, un des plus grands ténors des années 50.

Ce fut un chanteur impressionnant, par sa grande taille, son physique d’acteur de cinéma (il était absolument magnifique) ainsi que par sa voix exceptionnelle.

Né à Ancona, en 1921, la même année que Mario Lanza, il est mort à Milan en 2003.

il commença des études d’architecte naval et ce n’est qu’à l’âge de 23 ans, ce qui est relativement tard, qu’il s’orienta vers l’étude du chant. Mais il commença par se former seul, à l’écoute des disques des grands anciens, et notamment de Caruso. Il fut cependant accepté au Centre Lyrique Expérimental de Spolète, il prend des cours et il gagne le Concours du Mai Musical de Florence et commença à se produire à partir de 1951, notamment dans le rôle de Don José, de Carmen, de Bizet, au Teatro Nuovo de Spolète.

Puis les engagements arrivèrent, Rome, la Scala de Milan, où il fit l’ouverture de la saison 1954/1 955 avec Maria Callas. Puis ce furent les plus grande scène du monde et les plus grands rôles comme dans Aïda, André Chénier, Carmen, la Force du Destin, Norma, Tosca, le Trouvère, Turandot, les Puritains. Il devait devenir ainsi populaire au Metropolitan opéra de New York, auquel il revenait à chaque saison jusqu’en 1974 chantant avec les plus grandes Léontine Price, Birgit Nilsson, et les plus grands chefs d’orchestre.

Voix exceptionnelle et trac exceptionnel : il fallait le pousser sur scène !

On l’écoute dans un de ses grands rôles : Andrea Chénier, de Giordano, « Come un bel di di Maggio »

Parlons maintenant d’un grand baryton, l’américain Robert Merrill, du Métropolitan Opera de New York, né à Brooklyn en 1917 et mort en 2004 à Nouvelle Rochelle.

On peut le lier à Victoria de Los Angeles, avec qui il chanta et enregistra I Pagliacci, mais aussi avec Lanza, avec qui il s’était lié d’amitié et qu’il présenta à son professeur de chant en lui disant : « Écoutez cette voix, vous n’en reviendrez–pas ! ». Son ami Frank Sinatra l’appelait pour des conseils de chant, quand il avait des difficultés avec certains airs.

Sa voix de baryton était somptueuse et lui permit d’interpréter, près de 30 ans les grands rôles du répertoire au Metropolitan, qui était devenu sa maison, et où il avait pour collègue, partenaire et… concurrent, un autre très grand baryton, Léonard Warren !

Mais il chanta aussi au palais Garnier, à Paris, au Royal opéra de Londres, Covent Garden, à Chicago, San Francisco etc.

Il fit aussi des incursions dans les comédies musicales, et notamment dans « Le Violon sur le Toit »

Voix de bronze, splendide et infatigable, une aisance extraordinaire et le sentiment que le chant était la chose la plus facile qui soit.

Le temps nous manque pour parler plus de cet extraordinaire chanteur et de l’écouter encore et encore : un grand baryton Verdi qui chanta notamment Otello, Le Bal Masqué, Le Trouvère, La Force du destin, Pagliacci, Don Carlos, Le Barbier de Séville, André Chénier, La Traviata Il chanta avec les plus grands et sous la baguette des plus grands, Toscanini, Georg Solti, Erich Leinsdorf, Thomas Schippers, etc…

Nous vous proposons de l’écouter dans un extrait du Trouvère (IL Trovatore de Verdi : « IL Balen del suo sorriso »

Nous avons le plaisir de vous présenter maintenant un grand ténor, le canadien Ben Heppner, un géant qui chante merveilleusement aussi bien le répertoire Wagnérien (c’est des grands interprètes actuels de Wagner, c’est le type même de ce qu’on appelle le heldentenor, le ténor puissant pour ce répertoire et c’est l’un des plus demandés au monde) que les mélodies françaises et italiennes.

l a la puissance, la beauté du timbre, une voix reconnaissable et il est capable d’une grande douceur comme dans les mélodies françaises, qu’il a enregistrées, ou les mélodies de Tosti, et nous avons voulu vous en donner un bref aperçu avec « Io Ti Sento » extrait d’un album intitulé iDEALE, qui regroupe les plus belles mélodies de Tosti

On ne présente plus Placido Domingo, probablement le plus illustre chanteur vivant du monde depuis la mort de Pavarotti, : ténor au plus large répertoire qui soit (Tout Verdi, y compris Othello, tout Puccini, le répertoire vériste italien, comme I PagliacciI ou Cavalleria Rusticana, Tchaikovsky (Eugène Oneguine), Wagner (rarissime pour un chanteur « du Sud ») ; aujourd’hui il chante à son âge comme baryton (ex : aujourd’hui le rôle Rigoletto, baryton, alors que ténor, il chantait le rôle du Duc de Mantoue).

Mais aussi chanteur de zarzuelas, mais aussi chef d’orchestre, mais aussi Directeur d’Opéra (Washington etc…).

Alors ne nous donnons pas le ridicule d’essayer de résumer sa carrière, il y en aurait pour des heures.

Rappelons que c’est un des plus grands admirateurs de Mario Lanza, sur lequel ii a fait la présentation du Film « Mario Lanza, The American Caruso » et écrit la préface d’une des multiples biographies écrites sur Lanza.

Donnons-nous le plaisir de l’écouter dans un extrait de l’opéra « Adriana Lecouvreur », le fameux air « L’Anima ho Stanca » : (J’ai l’âme fatiguée).

Enfin présentons pour la première fois Jonas Kaufmann, star mondiale allemande de l’Opéra. Répertoire vaste (opéra italien, français, allemand). On a fait remarquer que le 14 avril 2010, JK est devenu le premier ténor allemand depuis 103 ans à chanter Tosca, le rôle du héros masculin, Mario Cavaradossi.

Depuis, il chante le répertoire d’un ténor lyrique et même spinto : on trouve chez lui l’opéra français, italien allemand (particulièrement Wagner, Lohengrin) Andrea Chenier, I Pagliacci, Cavalleria Rusticana, Fedora, Adriana Lecouvreur de Cilea, que nous venons d’entendre par Domingo, Carmen, Don Carlo, Manon Lescaut etc….

Un autre extrait de Adriana Lecouvreur, de Cilea, « La dolcissima effigie »

Nos partenaires

| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page