Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
6h30 - 16h
Décrochage antenne : programme musical

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Cappuccino / Cappuccino # 18 décembre 2016

Cappuccino

Cappuccino # 18 décembre 2016

Arte Lirica : Chants de Noël avec l’Opéra Club de Paris Mario Lanza
Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

Spéciale chants de Noël avec l’Opéra Club de Paris Mario Lanza

C’est Noël dans huit jours, et nous continuons la tradition de faire entendre des chants de Noël, en étendant le thème à des chants de foi.

On va constater que les chants de Noël, classiques ou modernes, ne sont pas que des mélodies mièvres ou des comptines pour enfants, et les voix que nous entendrons montrent, mieux qu’un long discours, que ces grands artistes aiment cette musique et lui donnent le meilleur d’eux-mêmes.

Commençons par l’ex enfant de chœur, Mario Lanza qui chante « The First Noël », « le Premier Noël », extrait d’un disque « BMG » intitulé « Joy To the World », « Joie pour le Monde »

Passons maintenant à la grande contralto américaine, Marian Anderson, première chanteuse noire à chanter au Metropolitan Opera de New York et à briser la barrière de la ségrégation raciale (elle chantera pour Eleanor Roosevelt devant le Lincoln Mémorial, pour l’intronisation du président Kennedy en 1961, et elle restera un exemple pour les grandes cantatrices noires américaines qui lui ont succédé, Leontyne Price, Shirley Verrett, Jessye Norman etc…

Fille de Philadelphie, la ville de naissance de Lanza, elle a, comme lui , sa plaque de bronze au sol de l’Avenue où se trouve l’Opéra. Elle meurt en 1993.

Marian Anderson a chanté sous la baguette des plus grands, Toscanini, Eugène Ormandy, prestigieux chef du Philharmonique de Philadelphie, Pierre Monteux, Dimitri Mitropoulos etc… Elle chantait l’opéra (par exemple le Bal Masqué de Verdi), l’oratorio, le lied, c’est à dire le poème chanté allemand, et le Negro Spiritual

On l’écoute dans « AWAY IN A MANGER »

On ne le sait pas toujours, mais Martin Luther a écrit et composé de la musique religieuse et au moins le fameux air, inspiré du psaume 46 du roi David, « une redoutable forteresse est mon Dieu », ici chanté en anglais par Placido Domingo.

Cette composition, à l’origine en langue allemande, remonte aux années 1527/1529.

La soprano américaine Benita Valente, nous chante « joy to the world ».

Cette soprano américaine, née en 1934, a eu une longue et belle carrière, chantant l’opéra, les lieder, l’oratorio et la musique de chambre.

Les grands festivals, le Metropolitan Opera, l’ont demandée, où elle chanta la Flûte Enchantée, de Mozart, le Mariage de Figaro, Rigoletto, de Verdi.

Elle a récolté de nombreux grands prix, notamment en musique de chambre avec le prestigieux « Quartet Juilliard »

Elle chanta aussi en Europe et depuis sa retraite, à Philadelphie, elle enseigne dans tous les États Unis et les grandes écoles de musique où ses master classes sont très courues (Juilliard, Curtis School of Music à Philadelphie, Festival de Marlboro etc…)

Benita Valente est accompagnée des chanteurs de Philadelphie, « The Philadelphia Singers »

On ne présente pas Luciano Pavarotti, n’est- il- pas, un des plus illustres ténors du siècle ?

On ne parlera donc pas aujourd’hui de l’homme et de sa carrière hors du commun et on en restera au chant religieux. Ce n’est pas un chant de Noël qu’il va chanter, c’est le fameux « ingemisco », extrait du Requiem de Verdi.

Revenons au chant de Noël, avec le fameux « Silent Night », chanté par les Ambrosian Singers, un choeur très connu qui siège à Londres, et a été fondé après la Seconde Guerre Mondiale.

Les Ambrosian Singers accompagnent des chanteurs solistes, des comédies musicales, des opéras et ont chanté avec les plus grands chanteurs et cantatrices du monde et les plus grands chefs d’orchestres.

Et maintenant, une chanson de Noël et pas un « chant » de Noël, quelque chose de plus intime, de moins grave, de plus « musique de variété » au sens le plus noble de cette musique, avec des artistes inégalables, NAT « KING » COLE et FRANK SINATRA, pour notre plaisir, une chanson qui parle marrons qui grillent dans le feu, du froid qui pince dehors, de Noël en famille avec des jouets pour les enfants et qui dit « Merry Christmas To You ».

C’’est la chanson de Noël dans les pays anglo-saxons, États-Unis, Angleterre, dans les maisons, sur les radios, dans les magasins …

Cette chanson s’appelle d’ailleurs « La Chanson de Noël » « the Christmas Song », tous l’ont chantée, y compris le grand Bing Crosby

Ses auteurs en 1945 sont Bob Wells et Mel Tormé (lui même très célèbre chanteur Outre Atlantique)

Chanson enregistrée d’abord par le NAT KING COLE TRIO (de jazz) en 1946.

Gloire universelle de cette chanson

Après le « cocooning » de « CHRISTMAS SONG », retour au chant de foi, avec le grand baryton américain Leonard Warren, qui chantera l’« AGNUS DEI » de Georges BIZET

Warren était un grand baryton à la voix particulière, émouvante et un peu torturée. star du Métropolitan Opera de New York, il chanta les pus grands rôles, depuis l’opéra vériste comme « PAGLIACI » jusqu’à VERDI et le rôle de IAGO, dans OTELLO, et avant dans RIGOLETTO, où il remplace l’illustre Lawrence TIBBETT. il aura tous les grands rôles du répertoire et triomphera dans MACBETH de VERDI avec la sublime diva autrichienne Leonie RYSANEK, encore au Métropolitan, version qui fut enregistrée sous la baguette de Erich LEINSDORF.

il chantera dans les plus grandes salles du monde (New York, Chicago, San Francisco, Scala, Mexico, Buenos Aires etc…) et sa voix fait merveille, du sol grave au si bémol aigu.

il meurt, foudroyé par une crise cardiaque sur la scène du Met à New York à 48 ans en 1960. il chantait… « la FORCE DU DESTIN » !

Ici, nous l’écoutons chanter à Moscou en plein guerre froide l’AGNUS DEI, GEORGES BIZET.

Venons-en maintenant à une autre grande voix, celle de Rosa Ponselle, qui nous chantera l’Ave Maria de Schubert .

Cette soprano, américaine d’origine italienne, est une artiste illustre, morte à Baltimore en 1981, qui fut une des plus grandes cantatrices de l’histoire du chant, voix d’une exceptionnelle richesse.

En 1918, Enrico Caruso la présente au directeur du Metropolitan Opéra de New York le fameux Gatti Casazza quI l’engage pour une saison pour chanter « La Force du Destin » avec Caruso, le directeur qui l’engage à l’essai, lui dit : « c’est la première fois que j’engage une artiste américaine sans qu’elle ait fait au préalable ses preuves en Europe : » « Si vous réussissez, vous ouvrir les portes à d’autres chanteurs américains ».

Elle va faire plus que réussir ! Rosa Ponselle chanta avec les plus grands, aussi honorés de chanter avec elle, comme Caruso, notamment dans « la Force du Destin »

Rosa Ponselle : Ave Maria, de Franz Schubert

Nous écouterons encore cette année la grande voix de Enrico CARUSO, chanter « Ô Holy Night » « Nuit Sacrée, « Nuit Divine « , en réalité c’est le fameux « Minuit Chrétiens », qu’il enregistre ici en… 1916 !

Pardon pour la qualité de l’enregistrement, mais la grande et émouvante voix nous parle par dessus le temps !

Minuit Chrétien a été mis en musique en 1847 par Adolphe Adam, le compositeur du « Postillon de Longjumeau » sur le texte d’un négociant en vins qui était… anticlérical !

Ce chant est interprété en introduction à la messe de minuit.

Nos partenaires

| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page