Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
21h - 6h30
Décrochage antenne : programme musical

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin / Ecoute ! Il y a un éléphant… # 08 mars 2017

Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin

Ecoute ! Il y a un éléphant… # 08 mars 2017

"Miru Miru", série animée /avec Haruna Kishi (réalisatrice) et Claire Sichez (scénariste) // avec Junko Nakamura, illustratrice
Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

Cinéma

Interview de Haruna Kishi et Claire Sichez, c’est au début

Pour sa chronique mensuelle autour du cinéma d’animation, Yves Bouveret met les projecteurs sur la série d’animation (52 épisodes) "Miru Miru" (Folimages) et reçoit sa réalisatrice Haruna Kishi, et Claire Sichez, scénariste de plusieurs épisodes et réalisatrice de l’application numérique "Moi j’attends".

Miru Miru est diffusé à la télévision sur Piwi et sur Canal

- Site de Folimages
- Site de Claire Sichez

Livres

Interview de Junko Nakamura, c’est à 45 minutes

En 2012, Junko Nakamura publiait aux éditions MeMo son premier album pour les enfants, "Au fil du temps". Cet album, aux allures de cahier intime ou de carnet de croquis, décline les quatre saisons à travers le regard d’une petite fille. Observations quotidienne de la nature qui se transforme, les pissenlits avec lesquels faire une couronne, l’avocatier qui pousse au bord de la fenêtre, les feuilles à collecter dans un herbier… Les saisons se suivent, avec leurs rituels, leurs odeurs, leurs sensations. Quatre saisons, quatre couleurs, une par saison plus le noir, mêlant motifs, scènes du quotidien, éléments de la nature, posées ça et là sur la page, défiant toute loi de la perspective, et soulignées d’un texte très léger. Réalisées au pochoir, en papier découpé et au tampon, des techniques qui leur donnent un côté artisanal plein de douceur, les illustrations de Junko Nakamura s’inscrivent dans la lignée de celles de Nathalie Parain, cette artiste née en Russie au début du vingtième siècle et qui illustra nombre d’albums aux éditions du Père Castor. Dans "Au fil du temps" ce premier album de Junko Nakamura, on repère déjà ce qui fera sa patte : un dessin tout en simplicité qui l’apparente parfois à celui des enfants, une façon d’habiter la page assez singulière, une palette de couleurs le plus souvent réduite à quelques unes, et le texte limité lui aussi à quelque mots. Et des motifs thématiques qui reviennent de livre en : tout d’abord le temps, le temps qui passe, les saisons, la journée, mais aussi le temps naturel, météorologique, la pluie, le soleil, les fleurs et les plantes ; la maison, dedans et dehors, d’un côté et de l’autre de la fenêtre, et puis le chat, toujours là, au bord de la fenêtre.

Depuis 2012, Junko Nakamura a illustré des livres de recettes ou de courts romans à l’école des loisirs, mais elle a surtout réalisé quatre albums, tous publiés aux éditions Memo, desquels se dégage la même quiétude, cette même attention aux petits riens du quotidien, cette même simplicité du dessin. Après "Cinq amis", aux allures de conte en randonnée, "Quand il pleut" a paru en 2014. Plaisir de sortir dans le jardin goûter la pluie, toucher la terre mouillée, voir les gouttes briller, autant de sensations vécues avec les délices par les jeunes enfants. Des illustrations en aplats de couleurs, comme dans "Ce matin", qui met en scène un ours savourant les plaisirs du réveil, d’un petit déjeuner, des odeurs du printemps avant d’entamer une nouvelle journée à la découverte du monde. Les couleurs lumineuses, imprimées en tons directs, rendent cet album particulièrement joyeux. Dans "La visite", paru à l’automne, les couleurs sont plus assourdies, certainement parce que c’est l’hiver, mais elles sont éclairées par les halos des lumières des lampes dans les maisons et des vitrines dans la rue qui scintillent en cette période de Noël. Avec cet album sans texte c’est à chacun d’inventer son propre récit, de suivre les personnages d’un côté et de l’autre de la fenêtre, de chaleur à l’intérieur au froid de la rue, et des personnages parfois, un peu mystérieux, tels ce couple de chats habillés buvant du thé, dont on ne voit pas très bien ce qu’ils viennent faire là. A chacun d’inventer, ce que savent très bien faire les jeunes enfants. Et comme toujours aux éditions MeMo, la fabrication des livres est particulièrement soignée, papier épais et couverture soyeuse, mettant bien en valeur le travail de Junko Nakamura, que je vous invite à découvrir en sa compagnie. C’est à son domicile, où elle vit et travaille, que je suis allée rencontrer Junko Nakamura, tout en haut d’un immeuble parisien. Des plantes partout dans la pièce et aux fenêtres, et, bien sûr, un chat, qui s’est parfois fait entendre.

- Les éditions MeMo
- Le site de Junko Nakamura

Livres

Un éléphant dans les pages, c’est à 75 minutes

Un éléphant dans les pages : cette nouvelle chronique présente des livres pour enfants, dont le fil conducteur pour les choisir sera… un éléphant. Bien sûr des livres que je trouve intéressants, originaux, réussis, malins, mais dans lesquels un éléphant s’est glissé quelque part. Parfois comme héros, à l’image de Babar, Elmer ou Pomelo, parfois comme un personnage parmi d’autres, ou bien tout simplement caché dans un coin de l’image, un jouet ou une photo, par exemple. A bien y regarder, ils sont finalement assez nombreux, les éléphants, à habiter les pages des livres pour les enfants, hier comme aujourd’hui.

Celui-ci s’appelle Marcel, et il est le héros de « La mémoire de l’éléphant », paru en 2012, et cet automne de « Souvenirs de Marcel au Grand Hôtel », de Sophie Strady et Jean-François Martin, aux éditions Hélium. Très élégant cet éléphant, avec son gilet à rayures, sa veste à motifs, son foulard noué autour du cou et son binocle sur le nez ! Il arrive tout juste au Grand Hôtel, réputé pour son luxe et sa clientèle d’artistes, musiciens ou grands couturiers. Une valise égarée sera le prétexte d’une visite complète de l’hôtel par Marcel, depuis le parking jusque dans les chambres, et l’occasion pour les auteurs de faire allusion à moult références, entre autres à Andy Warhol ou Patti Smith, le fameux Chelsea Hotel de New York, où séjournèrent de nombreux artistes, ayant inspiré le décor de cet album tout autant que la période, les années soixante. Comme dans le précédent album, le récit est accompagné de grandes planches encyclopédiques, bourrées d’infos, d’anecdotes, de définition ou de descriptions sur des thématiques aussi variées que les ustensiles de cuisine, les métiers du cinéma, les jeux de plateau ou les outils des artistes peintres. C’est comme ça qu’on apprend que la côte de veau milanaise s’appelle aussi orechia d’elefante, à cause de sa forme dans l’assiette, ou encore que la toute première vidéo mise en ligne sur youtube, le 23 avril 2005, s’intitule « Me at the zoo », elle a été réalisée par Jawek Karim et filmée au zoo de San Diego, en Californie, devant l’enclos des éléphants. Ou encore que la girafe est une longue perche au bout de laquelle est suspendue le micro, et c’est également le nom qu’on donne aux mixeur à main qui sert à faire les soupes. Mais aussi comment on réalise un enregistrement, la différence entre un 78 tours et un 45 tours, les différents poils de pinceau ou l’origine de la fermeture éclair. Les illustrations de Jean-François Martin, pleine page ou petites vignettes pour les planches, donnent toute leur saveur à cet album au très grand format. Ses animaux aux allures d’humains, cigognes, crocodiles, taureau, ou chèvres, ont tous vraiment beaucoup de classe. Couleurs douces tendance sépia, jeux de lumière et d’ombres, de profondeurs de champs ou avec les formes longilignes des animaux tous debout sur pattes : ses images font une fois de plus merveille, mises en valeur par le travail réalisé par la graphiste Katie Fechtmann, en particulier pour les planches encyclopédiques.
- Souvenirs de Marcel au grand Hôtel, de Sophie Strady et Jean-François Martin, éditions Hélium, pour petits et grands, 16,90 euros

Dans "Ada la grincheuse en tutu", d’Elise Gravel, paru cet automne aux éditions québécoises La Pastèque, on l’aperçoit à peine, l’éléphant, c’est un jouet parmi d’autres sur le siège de la voiture familiale qui conduit la petite Ada, bougonne et boudeuse, à son cours de ballet. La danse, les cours de danse, Ada, elle déteste ça, le tutu qui pique et qui gratte, le collant qui la boudine, les arabesques grotesques, alors elle fait tout de travers, exprès, et sème la zizanie. Quand la professeur de danse demande à Ada de recommencer sa pirouette, zzzz, poum, bing, fouetté, clang… ça part dans tous les sens et elle termine, bing, dans le ventre de celui qui n’est autre que Monsieur Takata, le professeur de karaté, subjugué par les jeux de jambe et de bras de Ada. Tcha shouiiiiiif, bing, ce sont exactement les mouvements du karaté. Ca y’est, Ada a trouvé un sport à sa mesure et elle peut enfin afficher un grand sourire.

C’est surtout avec beaucoup d’humour et de vitalité qu’Elise Gravel campe la petite Ada, deux couettes à l’horizontale et au caractère bien trempé, bien décidée à ne pas se laisser imposer ce qu’elle n’a pas envie de faire. Sur la page blanche, son trait énergique mêle au dessin des bulles de texte ou les onomatopées, comme dans la bande dessinée, mais ici, pas de cases. Plusieurs images sur une page, ou bien une seule sur la page, voire sur la double page, les lettrages qui grossissent, grandissent, varient au rythme de la bande sonore, des personnages croqués avec humour, dans une palette de couleurs réduite, noire, greige, rose, essentiellement… et surtout la bouille de Ada et de tous ceux qui l’entourent… d’une page à l’autre, ça bouge sans arrêt ! Sans oublier le doudou, yeux tout ronds, grandes oreilles et deux incisives qui lui donnent l’air bêta mais bien sympathique. Plus que son doudou, son ange gardien, qui ne la quitte pas des yeux et l’encourage dans tous les instants. Elise Gravel, québécoise, a écrit et illustré de très nombreux albums pour les enfants, et elle dit elle-même qu’elle n’hésite pas dans nombre d’entre eux à s’attaquer aux stéréotypes. Bravo, car elle le fait avec finesse et beaucoup d’humour.
- Ada, la grincheuse en tutu, de Elise Gravel, éditions la Pastèque. A partir de 4 ans. 12 euros

Lecture

Chronique de Lionel Chenail, c’est 5 minutes avant la fin

Lionel lit le début de : Le jour des corneilles, de Jean-François Beauchemin - Libretto

Nos partenaires

| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page