Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
17h - 19h
Radio SPUTNIK

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin / Ecoute ! Il y a un éléphant… # 15 mars 2017

Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin

Ecoute ! Il y a un éléphant… # 15 mars 2017

"Ravie" /avec Luc Laporte (metteur en scène ; redif.)
Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

Décidément, pas de chance avec les soucis techniques… Et toutes nos excuses auprès de Rachel Benoist car ils ont empêché notre entretien pour présenter le festival "A tout bout de chant", chansons jeune public à Magny-les-Hameaux du 14 au 26 mars.

Spectacles

Interview de Luc Laporte, c’est à 15 minutes

« Ravie », le spectacle mis en scène par Luc Laporte, de la compagnie Contre Ciel continue sa tournée depuis sa création en octobre 2015. Vous pourrez le voir, vous et les enfants, samedi prochain à 17h30 au théâtre Jacques Prévert à Aulnay sous Bois, et à Gonesse, à la Salle Jacques Brel, le vendredi 31 mars à 19h30. Un spectacle que j’avais particulièrement apprécié, alors ce matin, nous vous proposons d’écouter ou réécouter l’interview de Luc Laporte, le metteur en scène de Ravie, venu présenter son spectacle en avril dernier. Pour lire l’introduction, c’est ici.

Informations sur les spectacles

Chronique, c’est à 45 minutes

Ils sont quatre sous le chapiteau, quatre artistes circassiens, plus un mât culbuto, point d’amarrage, de tangage et de catapultage. Quatre qui sont aussi musiciens, chanteurs, slameurs, poètes, harrangueurs. Vincent Martinez, Katell Boisneau, Moise Bernier, plus Nicolas Bachet, de la compagnie Mauvais coton, trois acrobates aguerris, plus un poète acrobate, plus le mât culbuto, et plus le saxo, le violon, la batterie, la basse électrique et la harpe électrique, qui remplissent l’espace de leur musique rock ou jazzy à l’énergie communicative. "Le vol du rempart", par la compagnie Mauvais coton, invite à faire fi des frontières. Celles entre les artistes et le public, entre acrobatique et virtuosité, entre improvisation et précision, entre réel et imaginaire, entre instant de grâce et moment foutraque, entre farce et poésie, entre terre et ciel. Point d’ancrage, ce grand mât culbuto de quatre mètres de haut, lesté à sa base d’un gros socle qui le fait tanguer et grincer , beaucoup d’élégance, les acrobates montent, glissent, s’enroulent, s’envolent, sautent, retombent, jouent de cette oscillation permanente, tandis que la musique, jouée par un, deux ou trois musiciens, les accompagnent et les emportent. Sans oublier le public, invité souvent à prendre part à sa façon. Voilà un spectacle d’une indéniable force poétique, visuelle et musicale, bourrée de bonne humeur partagée avec le public, jeune ou moins jeune. Et une invitation finale, que j’ai notée : « Devenir créateur de pentes », mise en image par la jolie scène qui clôt le spectacle.
-  Le vol du rempart , par la compagnie Mauvais Coton, est à voir à l’Espace Cirque d’Antony, jusqu’au 26 mars, avec des enfants dès 8 ans. Représentations les vendredis, samedis et dimanches.
- Plus d’infos

Livres

Chronique, c’est à 55 minutes

"Un éléphant dans les pages" : c’est, depuis la semaine dernière, notre nouvelle chronique autour des livres pour enfants dans lesquels un éléphant s’est glissé quelque part, dans un coin de l’image ou prenant la pose.

Comme chaque année, depuis la première édition du Printemps des poètes, avec une constance et un engagement dont on ne peut que se réjouir, les éditions Rue du monde publient pour occasion plusieurs albums de poésie, recueils ou anthologies. Cette année, 3 nouveautés, une anthologie de poésies réalisée par Jean-Marie Henry, sur le thème des oiseaux, "Plumes de poèmes", illustré par Judith Gueyfier ; "52 petits mensonges et autres vérités", poèmes de David Dumortier. Et c’est dans le troisième album, celui qui s’inscrit dans le thème national retenu pour le Printemps des poètes, Afriques en poésie, que j’ai trouvé mon éléphant. On pouvait s’en douter un peu. Quoique, c’était tout juste. L’album s’intitule "Danse, Petite Lune", de l’auteur camerounais Kouam Tawa. Un récit poétique, une histoire qui célèbre l’art de la danse, parle du temps qui passe et de la vieillesse avec une belle joie communicative. Petite Lune, c’est cette vieille dame qui a du mal à marcher, mais autrefois, il y a longtemps, elle a été la plus célèbre danseuse du village. Un beau texte –poème, au rythme dansant. [Ecoutez le début] Je vous laisse aller découvrir la suite de ce texte poème, qui raconte depuis sa naissance la vie joyeuse de Petite Lune. Les illustrations de Fred Sochard, très colorées, aux formes simples très certainement inspirées de l’art africain, sont elles aussi très joyeuses, variant les scènes et les points de vue, avec de nombreux détails et motifs. Beaucoup d’animaux, chèvre, poules, singe, oiseaux de toutes espèces. Et l’éléphant dans tout ça ? Un seul, sur une double page quasiment sans texte, et qui rassemble tout un bestiaire : buffle, guépard, lion, girafe, zèbre, crocodile, singe, antilope, serpent… tous les animaux associés à l’Afrique dans notre imaginaire se côtoient, et bien sûr il y aussi un éléphant, très majestueux.
- Danse petite Lune, de Kouam Tawa, illustré par Fred Sochard, édité par Rue du monde, 16 euros, à partir de 5 ans

On reste en Afrique, pour le Printemps des poètes, avec le premier titre d’une toute nouvelle collection pour enfants initiée par la maison d’édition Le temps des cerises, maison d’édition connue pour ses publications engagées et son goût certain pour la poésie, mais qui ne s’était pas encore aventurée du côté de la jeunesse. "Le canari m’a dit, contes et poèmes d’Afrique". Les contes sont signés Réjane NIogret, bien sûr inspirés des contes traditionnels africains, et les poèmes ont été rassemblés par Christian Poslaniec. Des poèmes initialement écrits en swahii, peul, anglais, français, en wolof, viennent d’Algérie, du Burkina Faso, du Cameroun, entre autres, et sont extraits de divers recueils. Seize chapitres thématiques – Terre, Fleuve, Village, Brousse, Désert, et cetera – organisent ce livre au format broché : pour chaque chapitre, un conte, suivi de quelques poèmes, avec des illustrations de Sandra Poirot Cherif. C’est dense, écrit petit, et si le projet est de s’adresser aux enfants dès 8 ans, c’est certain qu’ils ne s’y plongeront pas tout seul et préféreront qu’on leur lise à voix haute. Quant à l’éléphant, on le retrouve dans un des contes, celui sur le thème des maisons, mais encore une fois, il ne tient pas le rôle principal.
- Le canari m’a dit, contes et poèmes d’Afrique ; de Réjane Niogret, Christian Poslaniec et Sandra Poirot Cherif, Editions Le temps des cerises, 144 pages, 16 euros, à partir de 10 ans

Lecture

Chronique de Lionel Chenail, c’est quelques minutes avant la fin

Lionel lit le début de "Fragiles", de Cécile Roumiguière (Sarbacane)

Nos partenaires

| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page