Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
6h30 - 16h
Décrochage antenne : programme musical

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin / Ecoute ! Il y a un éléphant…# 12 juin 2013

Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin

Ecoute ! Il y a un éléphant…# 12 juin 2013

Géraud Vérité et Julien Prost (jeux vidéo) ; Jacques Haurogné (chanteur)
Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

Au programme : Un cocktail de jeux vidéo, soigneusement panachés par Géraud Vérité et Julien Prost ; un bouquet de chansons de Charles Trenet, avec Jacques Haurogné et son CD Charles Trenet pour les enfants chanté par Jacques Haurogné (Victorie Music), une poignée d’applications pour tablettes (Ma fabrique à histoires, Il était des fois), une autre poignée de spectacles à voir en famille et, cerise sur le gâteau, une pincée de lecture par Lionel Chenail

Jeux vidéo

En début d’émission

Géraud Vérité et Julien Prost, tous deux bibliothécaires à la Ville de Paris (Vaclav Havel et Louise Michel) et chroniqueurs dans cette émission, donnent les infos du jour sur les jeux vidéo et présentent quelques jeux, malins, gratuits et pas complètement addictifs.

Marvel heroes, sur PC, du studio Secret Identity. Un jeu Hack & slash avec les heros Marvel (Spiderman, Huk, Wolverine entre autres). Un jeu uniquement en ligne MMO, sachant que ce jeu est vraiment gratuit dans le sens où vous pouvez presque tout débloquer dans le jeu si vous êtes persévérant. Seul petit hic, on croise beaucoup de clones de son personnage, dus au nombre restreint de héros pour le moment. Graphiquement, c’est pas l’éclate, mais le jeu rend bien cette impression de Comics, et les animations des personnages sont un peu rigides. Par contre, le jeu est très accessible, même aux plus jeunes qui pourront être guidés dans cet univers qu’il ne connaissent peut-être qu’au travers des films sortis ces dernières années. https://marvelheroes.com/

La reine des serpents un excellent jeu d’aventure disponible sur navigateur : multiréférentiel, très beau graphiquement et servi par une magnifique bande son. http://www.jo99.fr/the-queen-of-snakes/

Minetest, le clone de Minecraft en open source gratuit. http://minetest.net/

Cordy 2 : un jeu de plateforme tout mignon mais diablement efficace sur android et iOs (gratuit) http://goo.gl/Jt3K4

Chansons

Après Anne Sylvestre, Francis Lemarque, Henri Salvador qu’il a chantés pour les enfants, Jacques Haurogné a choisi une douzaine de chansons de Charles Trenet qu’il a enregistrées pour un CD (Victorie Music) et un livre CD (Editions des Braques) et aussi un livre numérique (Tralalère), avec des images de Marie Dorléans : Charles Trenet pour les enfants chanté par Jacques Haurogné. Interviewé par Gilles Avisse, il nous dit tout de sa vénération pour Charles Trenet

Lecture

Quelques minutes avant la fin

Lionel Chenail lit un extrait d’un roman de littérature générale sur le thème de l’enfance : Autour de moi, de Manuel Candré (Joëlle Losfeld)

Manifestations

C’est à 35 minutes du début

Les tout petits sont à la fête samedi à Pantin, avec un programme festif spécialement concocté à pour eux par la Ville, Petit à Pantin. Ateliers d’éveil sensoriel, musical, corporel et artistique, encadrées par des professionnelles de la petite enfance, les animations sont conçues cette année autour du thème du voyage. Côté spectacle, ciné concert, au Théâtre du Fil de l’eau, avec La petite fabrique de jouets par Chapi Chapo et les petites musiques de pluie, qui accompagne en direct, avec tous ses instruments jouets, 4 courts métrages de cinéma d’animation polonais, des années 60. Pour les enfants dès 18 mois, la séance dure 3 quarts d’heure. Il y en a une à 11h30 et une seconde à 16h30.

Chapi Chapo et les petites musiques de pluie a fait paraître au début de ce printemps son troisième CD, Robotank-Z, aux musique pleines de poésie, de fantaisie et d’invention, n’est pas destiné aux enfants, contrairement au précédent, mais pourquoi pas c’est aussi pour eux. Pour les composer et les interpréter, il joue avec une cinquantaine de vieux jouets musicaux en tous genres. Chapi Chapo, c’est en fait le musicien Patrice Elégoët, entouré de quelque 18 autres musiciens et chanteurs ou chanteuses, parmi lesquelles Kelly de Martino, puisque plusieurs de ces compositions sont aussi vocales. Comme il le dit lui-même sur la pochette, musique avec des jouets ne veut pas dire musiques simples, loin de là, mais il faut dire qu’ici les compositions et les arrangements sont particulièrement soignés, fouillés et surtout très variés. Un zest de nostalgie, des clins d’œil à Comelade, une tonalité pop, c’est superbe Robotank-Z, par Chapi chapo et les petites musiques de pluie. On peut en écouter des extraits sur son site : http://chapimusic.free.fr.

Respirations est un festival d’arts vivants, c’est comme ça que c’est dit sur le site, qui se déroule cette semaine, du 15 au 17, à Mains d’œuvres, à Saint-Ouen. 13 compagnies d’arts vivants qui proposent parcours, formes courtes pour faire découvrir l’effervescence de la créativité des compagnies en résidence à Mains d’œuvres. Mains d’œuvres, c’est donc un lieu de création, de diffusion, de recherches et d’expériences qui accueille des artistes de toutes disciplines, et les accompagne dans leurs projets, et en recherche permanente de croisements entre art et société. Il s’y passe donc plein de choses, et parmi ces choses il y en a aussi pour les enfants. Pour le festival Respirations, on nous promet quelques spectacles déjantés, et parmi eux, un specaclle pour les enfants que je n’ai pas encore vu mais que je suis curieuse de découvrir, Kadambini, un spectacle multimédia ET ciné concert, par le collectif Iduun. En tous les cas, la vidéo de présentation m’a drôlement donné envie. Le spectacle audio et vidéo, mapping, manipulation d’objets, d’images et de sons, trucages, est inspiré par l’univers poétique de Lewis Carroll, Homère, Saint Exupry, Terry Gilliam, tout cela revu par les arts numériques. Samedi prochain à 17 heures, à partir de 6 ans, 5 euros.

Applications numériques

C’est à 40 minutes

Il y a quelques semaines est sortie la troisième application numérique pour tablette des éditions e-toiles, c’est-à-dire Stéphane Kiehlet Claire Gervaise. On avait déjà beaucoup aimé Dans la nuit et Ma poire, toutes deux signées par Stéphane Kiehl, qui déclinent un principe assez simple, celui du cadavre exquis ou de la logique combinatoire pour créer des effets de surprise et de poésie. Deux applications pour les jeunes enfants. Cette troisième application, Ma petite fabrique à histoires, est l’adaptation pour tablettes de l’album éponyme de Bruno Gibert, paru aux éditions Autrement en 2008. Le livre, se présente de façon tout ce qu’il y a de plus minimaliste. Des pages de couleurs, découpées en quatre bandes, quatre languettes horizontales. Sur les premières, une indication de lieu, la seconde un nom, la troisième un verbe, la quatrième un complément d’objets. Et des milliers de façons de les combiner, j’ai oublié combien il y en a, en tournant les languettes, on crée des milliers de petits récits, tels des haïkus. Certains sont drôles, d’autres poétiques, incongrus, conventionnels ou au contraire étonnants. Magie des mots qui savent susciter des images dans la tête. Car d’images imprimées, il n’y en a aucune, que des mots. Cela fonctionne très bien. L’application réalisée par E-toiles reprend exactement le même principe ; il suffit d’un petit frottement vertical pour faire apparaitre une autre languette. On peut aussi les changer en secouant la tablette, ou encore glisser ses propres mots en faisant surgir une bande blanche sur laquelle on peut écrire. Mais bien sûr, l’équipe de E-toiles ne s’est pas contentée de cela ; cette fois-ci, elle a exploré les fonctions sonores de la tablette comme on ne l’avait pas encore fait jusque là. Car à chaque bande est associé un son qui « illustre », entre guillemets, le mot écrit. Lancées l’une après l’autre de façon très rapprochée ou bien chacune son tour, visualisés par un curseur qui traverse la bande, ces illustrations sonores proposent une autre façon de lire, ou plutôt d’écouter ces courts textes. Certaines d’entre elles sont très illustratives, un chien qui aboie par exemple, pour le mot chien, ou des bruits de pas pour le mot promène ; d’autres fois, elles sont juste évocatrices, comme le son pour les « feuille mortes ». On admire le talentueux travail du compositeur Charlie Nguyen Kim pour avoir imaginé ces très brèves images sonores, d’à peine quelques secondes. On s’amuse autant à mêler les mots qu’à mêler les sons, pour laisser son imagination vagabonder. Pour les jeunes apprentis lecteurs, le livre comme l’application sont parfaitement adaptés pour s’essayer à un déchiffrage tout de suite porteur de sens et de poésie. Avec une dimension sonore qui ajoute encore au plaisir. On aurait presque souhaité des bandes sonores à écouter sans le texte et, encore, mieux, pouvoir associer à sa guise les sons et les mots. Mais il ne faut pas trop en demander et cette application incitera certainement quelques-uns à inventer sa propre fabrique à histoires, comme l’ont déjà fait de nombreux enfants au cours d’ateliers. Ma petite fabrique à histoires, une application numérique adaptée du livre de Bruno Gibert, développée par Erik Escoffier, avec une composition sonore de Charlie Nguyen Kim, édité par Etoiles et Autrement jeunesse, pour Ipad et Android, 3,59 euros, à partir de 4 ans.

Une autre application utilise la logique combinatoire de façon inventive, c’est Il était des fois, créée par Valentin Gall et Olivier Castille comme projet de fin d’études, aux Gobelins et publiée il y a quelque temps sur l’AppStore. Il était des fois, et non pas Il était une fois, car ce récit numérique interactif, comme il est précisé sur le site internet de l’application, invite à combiner plusieurs éléments pour raconter à chaque fois une histoire différente. Le lecteur distribue les rôles des trois protagonistes, un dragon, un chevalier, une princesse, qui peuvent être chacun soit le méchant soit le héros soit la victime. Toutes les combinaisons sont permises et pour une fois la princesse peut devenir méchante ou le dragon la victime. Une fois ces choix faits, on peut encore choisir entre trois récits possibles et c’est parti pour des petits contes en neuf scénettes, à lire ou à écouter. Du bout des doigts, dans une navigation pas toujours très fluide, mais ce n’est pas grave, on fait avancer l’histoire sous forme de vignettes illustrées et légendées par le texte. Les illustrations, qu’on dirait composées en papiers découpés, déclinées dans une palette très réduite de couleurs vives, jouent avec beaucoup d’élégance sur les transparences et les superpositions, ainsi que sur l’agencement de formes simples. On aurait bien envie de voir ces images prendre toute la taille de la tablette pour mieux en profiter ! Bon, les histoires ne sont pas vraiment passionnantes, peut-être parce que l’intention affichée de renverser les rôles traditionnellement dévolus aux personnages est un peu trop artificielle. Et la lecture à voix haute, comme très souvent dans les applications, souffre un peu d’amateurisme. Mais ce qui fait le sel de cette application, et fonctionne très bien, c’est la possibilité offerte aux lecteurs de changer le cours du récit d’un simple mouvement de tablette. Une rotation à 90 degrés à droite ou à gauche, et nous voici plongés dans l’une ou l’autre des histoires qui nous étaient proposées. Si on tourne à 180 degrés, on peut les lire les trois histoires en même temps, avec des superpositions des trois illustrations, et donc des couleurs, qui sont très réussies. Voilà donc une jolie proposition qui invite à poursuivre ensuite avec les enfants, à inventer avec eux d’autres histoires à combiner de mille manières différentes - un jeu de lecture qu’ils apprécient particulièrement. Il était des fois, de Valentin Gall et Olivier Castille, développée pour la tablette ipad, 3,59 euros, à partir de 4 ans.

| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page