Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
0h - 3h
Alefamusic

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin / Ecoute ! Il y a un éléphant… # 17 février 2016

Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin

Ecoute ! Il y a un éléphant… # 17 février 2016

"Mon oeil"//avec Stéphane Kiehl (illustrateur) et Claire Cousin (chargée de production au centre Beaubourg) ; "Tout-petits festival au Forum des images"//avec Nathalie Bouvier (programmatrice) : "Je brasse de l’air"//avec Magali Rousseau (comédienne"
Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

Toutes nos excuses pour l’absence d’émission mercredi dernier ! On ne dit pas merci à la méchante grippe qui nous a contraints de l’annuler au dernier moment…

L’émission d’aujourd’hui ne s’est pas déroulée dans l’ordre annoncé en début d’émission. Il y a des jours où on maîtrise mal le timing…

Art et internet

Interview de Claire Cousin et Stéphane Kiehl, c’est au début

Cela fait longtemps que les musées se sont dotés de services pédagogiques, ou éducatifs, ou encore de médiation culturelle, chargés d’accueillir et d’accompagner les enfants dans la découverte des collections du musée. Visites guidées, visites contées, parcours ludiques, carnets de visite, ateliers… les équipes de ces services ne manquent pas d’idées et de savoir faire pour sensibiliser les enfants de tous âges, pour favoriser la rencontre esthétique ou émotionnelle avec les œuvres. En famille ou avec l’école. Pendant la visite, mais aussi avant pour la préparer, ou après, par l’édition de livres, de jeux, de sites internet ou encore d’applications numériques. Dans ce domaine, le Centre Pompidou, dès sa création, a été actif et novateur, je citerais, entre autres, l’Atelier des enfants, dont la formule a évolué au fil des années, ou encore sa collection de livres d’art pour enfants, L’art en jeu, initiée en 1985, depuis longtemps arrêtée, mais qui invitait les enfants de façon très ingénieuse, et très artistique, à s’emparer d’une œuvre du musée. Depuis, les propositions vers les enfants n’ont cessé de se diversifier. Et aujourd’hui, c’est sur le web que depuis le mois de décembre le Centre Pompidou incite les enfants à découvrir différentes facettes de l’art moderne ou de la création contemporaine. Sur le site du centre Pompidou, une web-série intitulée « Mon œil », vive, dynamique, éclectique propose chaque mercredi matin un nouvel épisode d’une dizaine de minutes, le onzième ce matin. Composé de 5 ou 6 vidéos ou animations, courtes et variées, Mon œil propose de découvrir des œuvres du Centre Pompidou de différentes manières, ludiques ou à peine didactiques, signées par des artistes tels que Pierre Vanni autour du design, ou encore la rubrique Artbracadabra par Raphaël Garnier pour s’initier à la composition, mais aussi des œuvres filmiques, que ce soit celles du patrimoine comme le Petit cirque de Calder ou Mac Laren, ou des œuvres numériques de jeunes créateurs contemporains. Un subtil mélange. Des rubriques régulières que l’on retrouve d’épisode en épisode, avec pour fil conducteur un personnage pour le moins inattendu mais bien nommé « Mon œil », un rond noir dans une boule blanche, qui ne cesse de bouger et de se transformer, et à la langue bien pendue. Jolie trouvaille que cet œil aux formules savoureuses, telles « Œil de tigre, œil de panthère, Séchez vos larmes, Gardez vos yeux grands ouverts » qui vient clore chaque épisode. Et quelle bonne idée d’avoir confié sa voix à l’inimitable Christophe Salengro.

Mon œil, le personnage, se fait complice et joueur avec l’enfant spectateur entre chaque séquence, l’incite à ouvrir l’œil et si explications il y a, elles sont peu nombreuses et toujours données après. Favoriser d’abord le plaisir de la découverte, et la variété des formes artistiques. Mon œil est dessiné par Stéphane Kiehl, qui a conçu tout l’univers graphique et son animation, et on reconnait bien là sa palette aux couleurs vives et franches, de grands aplats et de lignes épurées, à la fois joyeux et très lisible. Le générique d’ouverture, avec sa boule blanche et sa boule noire qui dévalent la façade du centre Pompidou est particulièrement réussi. Un œil tout rond qu’on retrouve d’ailleurs chez le Lapin bricoleur, sa nouvelle application numérique, ou plutôt livre numérique paru avant Noël chez E-toiles. Stéphane Kiehl, illustrateur, en particulier de livres pour enfants, et souvent de livres d’art pour enfants, tels La vie en design ou Jeux et délires au Centre Pompidou, édités par Actes Sud junior, Stéphane Kiehl, illustrateur digital, je ne suis pas sûre que ça se dise comme ça, et réalisateur de la web série Mon œil. Claire Cousin, chargée de production et de l’action éducative au Centre Pompidou en est la coordinatrice. Ils sont tous les deux avec nous ,ce matin.

- Mon oeil, une web-série pour les enfants du Centre Pompidou - gratuit : site
- Le lapin bricoleur, de Michael Leblond et Stéphane Kiehl, ibook pour iPad - E-Toiles - 5,99 €
- Du noir vers le ciel, de Stéphane Kiehl, coloriage de 8 mètres - Actes Sud junior- 12,50 €

Cinéma

Interview de Nathalie Bouvier, c’est à 55 minutes

Du 20 au 28 février, pour la première semaine des vacances scolaires donc, le Forum des images ouvre ses portes aux tout petits dès 18 mois pour leur faire vivre leurs premières expériences de spectateur de salles obscures et de cinéma sur grand écran. Enfin salle obscure peut-être pas, car pour accueillir les très jeunes enfants, les salles ont su s’adapter ; lumières tamisées qui s’éteignent progressivement, séances courtes, films simples et rythmés, souvent réalisés en animation ; on le répète souvent dans cette émission, aujourd’hui, le cinéma pour tout petits est un art à part entière, et les programmes qui leurs sont destinés sont particulièrement soignés et riches. Et une séance de cinéma, le vrai, n’a rien à voir avec une séance télé, bien évidemment. Depuis sa première édition, il y a 9 ans, le festival Tout petits cinéma au Forum des images, a fait du ciné concert sa spécificité, mêlant spectacle vivant et film, avec musiques et chansons interprétées sur scène, pour accompagner des cours métrages du patrimoine, français ou étrangers. A chaque édition, des créations inédites, spécialement commandées à des artistes français, pour lesquels c’est souvent la première expérience, première expérience du ciné concert et première expérience du très jeune public. Un spectacle à part entière, dont c’est parfois le début d’une longue tournée dans toute la France. Ciné concert, ciné chanson, ou même ciné bruitages. Mais le festival Tout Petits cinéma, c’est aussi des rencontres et des ateliers , et c’est du 20 au 28 février. Ce matin, coup de projecteur sur Tout petits Festival, avec Nathalie Bouvier, chargée de production au Forum des images et programmatrice de Tout petits cinéma.

- Site de Tout-petits Cinéma au Forum des Images

Spectacle

Interview de Magali Rousseau, rediffusion, c’est à 75 minutes

Dans le hall du théâtre où les spectateurs attendent que le spectacle Je brasse de l’air commence, voici le clarinettiste qui s’avance pour les inviter à le suivre au son de son instrument à la musique déjà envoûtante. Tel le joueur de Hamelin, il les conduit dans la pénombre, pour les faire entrer dans un espace hors du temps et hors des conventions habituelles du spectacle, celui conçu et interprété par Magali Rousseau. A la lumières d’une bougie, d’une petite lampe de poche ou d’un projecteur, et au fil de son récit et des mots qui le composent, l’univers et l’histoire de Magali Rousseau. se dévoilent peu à peu. Son univers ? Des êtres ou des objets d’acier, à la mécanique fragile, qui s’animent sous ses doigts, ou qui sont mus par des poulies, des engrenages, de mystérieux ressort invisible ou encore par la chaleur d’une flamme. En acier, en bois, en laiton, en plumes, tous ces objets insolites, oiseau aux ailes fines et longues, dont les tentatives d’envol restent toujours infructueuses, pluie d’ailes de plumes qui tombent en tournoyant, animal qui se traine maladroitement sur le sol, ou même poisson, un vrai, dans son bocal suspendu, et d’autres encore, toutes ces machines poétiques se découvrent au fil de la déambulation menée par Magali Rousseau. et portée par la superbe musique interprétée par Julien Joubert à la clarinette et des outils numériques. L’histoire ? « Par où commencer ? » dit Magali Rousseau. de prime abord. « Un mot ne convient pas mieux qu’un autre ». « Ma mère n’a jamais su nager, c’est peut-être pour ça qu’elle m’a appris à voler » Et Magali Rousseau. de nous confier son histoire, ses tentatives d’envol toujours recommencées, mais inlassablement vouées à l’échec, parce que la force des rêves a du mal à résister aux lois de la gravité. Et au poids de l’histoire familiale, des histoires de familles dans lesquelles on a grandi et que Magali Rousseau. raconte par bribes, avec beaucoup d’humour, et schémas à l’appui dessinés à la craie. « Tenter de voler est un acte de résistance », ajoutera-t-elle. Tout en finesse et délicatesse, intriguant et poétique, Je brasse de l’air, s’adresse autant aux enfants qu’aux adultes.

Je brasse de l’air est en tournée cette année, et à l’affiche de l’espace Houdremont à La Courneuve du 17 au 19 février, et on en est ravis. Nous avions reçu Magali Rousseau. en novembre 2014, alors que le spectacle était encore tout neuf. Depuis, il est passé par le festival de la marionnette à Charleville Mézières en septembre dernier, et il a pris son envol. Aussi ce matin, nous vous proposons d’écouter ou de réécouter un extrait de notre rencontre avec Magali Rousseau., et la première question que nous lui avions posée était à propos du sous titre du spectacle : une performance mécanisée. Micro.

- Je brasse de l’air, par Magali Rousseau et Julien Joubert, à l’espace Houdremont, à la Courneuve, mercredi 17 février, jeudi 18 et vendredi 19 février à 10h, 15h et 19h. Un spectacle à voir en famille, petits et grands.
- Site de l’Espace Houdremont, à la Courneuve

| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page