Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
21h - 6h30
Décrochage antenne : programme musical

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin / Ecoute ! Il y a un éléphant… # 19 novembre 2014

Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin

Ecoute ! Il y a un éléphant… # 19 novembre 2014

Astrid Desbordes et Pauline Martin (auteures illustratrices) ; Lionel Erdogan (comédien dans "Oh boy") ; Emmanuelle Soler (chronique)
Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

Avec Astrid Desbordes et Pauline Martin, auteures et illustratrice d’albums réalisés ensemble ou séparément ; Lionel Erdogan, comédien, pour "Oh boy" au théâtre de Chaillot ; Emmanuelle Soler, pour sa [première] chronique sur le spectacle jeune public ; Lola pour sa chronique littéraire

Livres

Interview de Pauline Martin et Astrid Desbordes, c’est au début

A lire les albums que réalisent ensemble Astrid Desbordes et Pauline Martin, la première au texte et la seconde aux illustrations, non seulement le sourire vient presque instantanément aux lèvres mais une sympathie immédiate nait pour leurs personnages, même pour Hamster qui fait pourtant tout pour se rendre désagréable, voire insupportable. Hamster, c’est le personnage principal de Les rêveries d’un hamster solitaire, leur premier album commun paru en 2008 chez Albin Michel jeunesse, Hamster à l’égocentrisme et à l’égoisme exacerbés, dédaigneux avec Escargot, Taupe, Ecureuil et les autres qui pourtant manifestent un attachement fidèle à l’animal. Mais ce jeune philosophe en herbe, qui aime à coucher ses réflexions dans son journal, a évidemment bien besoin de ses amis et des petits bonheurs simples qu’ils partagentnsemble pour se prouver son importance. Déclinées sous forme de courtes séquences en e bandes dessinées sur les grandes pages de l’album, leurs aventures d’une maison à l’autre au cœur de la forêt mettent en scène leurs relations au jour le jour de façon à la fois espiègle, ironique et poétique. Le dessin façon ligne claire, aplats de couleurs cernés de noir, la simplicité du trait et les couleurs chaudes, la rondeur et la bonhommie des personnages, y compris celles de Hamster, l’univers cosy de chacune de leurs maisons tout autant que les seuls dialogues, sous forme de bulles, participent de la réussite de cet album. Et c’est donc avec beaucoup de plaisir que nous avons découvert la suite des aventures de Hamster et de ses amis, parues cet automne, dont le titre Le voyage d’un hamster extraordinaire, fait un clin d’œil à un autre grand classique de la littérature. Hamster, toujours aussi imbu de lui-même, se trouve si extraordinaire qu’il est bien décidé à se faire connaitre de l’univers entier, et pourquoi pas jusque sur la Lune. Mais le voyage qu’il va réaliser avec ses amis ne le mènera pas si loin et n’en sera pas moins intense pour autant. Ses amis sont toujours aussi enthousiastes, attentionnés et curieux et les dialogues toujours aussi vifs, fins et pleins d’esprit. Le grand format de l’album a cédé la place à un format carnet de voyage, les cases colorées ont disparu pour laisser place à des vignettes sur le fond blanc de la page, celui de la banquise où se rendent les protagonistes, équipés de bonnets et d’écharpes. Comme dans le précédent titre, la vie s’y révèle tout à la fois simple et compliquée. Chez les Polipoil, une famille aux nombreux enfants, en revanche, la vie s’y manifeste extraordinairement simple, joyeuse, et intense. Il faut dire que dans leurs aventures – Le Noël des Polipoil et Le goûter des polipoil ; deux albums parus en 2012 chez Albin Michel jeunesse, les parents sont particulièrement entreprenants, d’un positivisme sans borne et d’une énergie à revendre. Ainsi il suffit d’un peu de neige au réveil pour décider collectivement que c’est Noël, ou bien de faire d’un simple événement, l’organisation d’un goûter, une aventure extraordinaire. Il faut dire que la famille Polipoil est d’une fantaisie revigorante, leur allure assez impayable, sorte d’écureuils avec des oreilles couettes ; le texte est percutant et drôle, auquel font écho les couleurs pétantes des illustrations. Voilà deux albums particulièrement savoureux, réalisés aussi par le tandem Astrid Desbordes et Pauline Martin qui en ont fait d’autres ensemble, mais aussi séparément, seule ou avec d’autres. A citer, entre autres, Les grandes questions d’Archilapin, d’Astrid Desbordes, paru cet automne chez Autrement jeunesse, et complètement réjouissant. Aussi sommes-nous ravies de les recevoir ce matin pour les évoquer ensemble.

Livres

Chronique de Lola, c’est à 45 minutes

Chaque semaine Lola, 11 ans, et Lucie, 8 ans, présentent tour à tour un roman qu’elles ont lu et apprécié. Une courte présentation, la lecture d’un extrait, un commentaire plus ou moins enthousiaste, et c’est dans la boîte. Aujourd’hui, Lola présente un roman qui lui a procuré des tas d’émotions différentes :

Les 9 vies de Philibert - de Johm Bemelman-Marciano, éditions Les grandes personnes, 2014 - 16 euros

Spectacle

Interview de Lionel Erdogan, c’est à 50 minutes

Depuis sa création sur scène en 2009, Oh boy, la pièce créée par Olivier Letellier et adaptée du roman de Marie-Aude Murail, connait un succès toujours aussi vif : Molière jeune public en 2010, et plus de 650 représentations à ce jour dans tout l’hexagone et au-delà. Au cœur du récit imaginé par Marie Aude Murail, la famille et les relations familiales. Les adultes ne se montrent pas toujours à la hauteur de leurs responsabilités, tandis que les trois enfants, deux aînés surdoués et une petite mignonne à croquer, ont la ténacité nécessaire pour faire changer d’avis tante, juge des tutelles, docteur, tante, demi-frère, etc. Pour eux qui viennent de perdre leurs parents, pour les trois orphelins donc, l’objectif prioritaire est de pouvoir continuer à vivre ensemble. Ecriture enlevée, ton plein d’humour, dialogues percutants et portraits bien campés, nombreuses péripéties que Catherine Verlaguet a su rendre avec efficacité dans son adaptation pour le théâtre, tout en donnant la parole au seul Barthelemy, le demi-frère des enfants, aux 26 ans plutôt désinvoltes, qui se voit du jour au lendemain flanqué de nouvelles responsabilités qu’il ne désire pas. Barthelemy, ou plutôt Lionel Erdogan, est donc seul sur scène pour raconter, de son point de vue, cette saga familiale, les épisodes heureux comme les plus difficiles, voire dramatiques, et surtout son attachement progressif pour Siméon, l’adolescent trop raisonnable. C’est en fait son histoire qu’il raconte – et joue – tout en donnant la parole à ses frères et sœurs, à la juge ou au médecin, à travers la manipulation d’objets ou de figurines. A l’instar du texte, fluide, énergique, au rythme soutenu et drôle, le jeu de Lionel Erdogan, tout en finesse et mouvement, passe de la gravité à la légèreté, dégage tendresse et poésie, pour accompagner le cheminement de Barthelemy pour accepter, ou pas, de devenir adulte. Sur la scène, une armoire imposante quasi unique élément de décor et aux multiples fonctions, joue son rôle, entre autres, comme gardienne de secrets de famille : l’homosexualité, le suicide d’une mère, la difficulté de l’adoption, ou la maladie. Depuis sa création, donc, Oh boy, mis en scène par Olivier Letellier du Théâtre du Phare, a été joué plus de 650 fois, salué à chaque fois avec le même enthousiasme du public, adultes et enfants. Ce qui ne l’a pas empêché de rencontrer quelques déboires, ou plutôt d’être victime de censure, oui de censure, dans plusieurs théâtres de banlieue au début de l’année 2014. Victime de lettres de protestations réactionnaires, aux relents de Manif pour tous, des représentations ont été annulées. En réponse à ces annulations, le http://theatre-chaillot.fr/theatre/...théâtre national de Chaillot a souhaité programmer une série de représentations de Oh boy qui est donc à l’affiche du théâtre depuis le 14 novembre et jusqu’à ce dimanche 23 novembre. Et c’est tant mieux, car c’est l’occasion pour nous de revenir sur cette pièce que nous avions déjà plébiscitée ici-même et d’avoir le plaisir de recevoir Lionel Erdogan, le comédien de Oh boy.

Spectacle jeune public

Chronique de Emmanuelle Soler, c’est à 75 minutes

Nouvelle chronique dans l’émission. Emmanuelle Soler travaille depuis de nombreuses années et dans divers lieux à faire connaitre le spectacle jeune public dans toute sa richesse et sa diversité. Spectatrice passionnée, elle rejoint l’équipe de Ecoute Il y a un éléphant dans le jardin pour une chronique mensuelle pour présenter à chaque fois un spectacle, une création, qui l’a particulièrement touchée ou enthousiasmée. Aujourd’hui, elle chronique Métamorf’ose, un spectacle pour les tout-petits dès 6 mois, de Hestia Christani, de la compagnie du Loup Ange.
- Toutes les dates sur le site de la compagnie

| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page