Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
21h - 6h30
Décrochage antenne : programme musical

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin / Emission du 20 juin

Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin

Emission du 20 juin

Antoine Ullmann (DADA) ; puis Jean-François Martin (illustrateur) et Sophie Strady (auteure)
Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

Livres d’art

La revue DADA, la première revue d’art pour enfant et pour les plus grands, a 20 ans cette année. Créée par Christian-Alexandre Faure et Héliane Bernard, elle est aujourd’hui dirigée par Antoine Ullmann (Arola éditions). Présentation de la revue mais aussi des ouvrages, et des applications pour Ipad sur Cézanne et sur Leonard de Vinci, en compagnie d’Antoine Ullmann. C’est en début d’émission.

Livres d’images

La mémoire de l’éléphant, écrit par Sophie Strady et illustré par Jean-François Martin, édité par Hélium : une encyclopédie bric à brac et bourrée d’infos, qui une encyclopédie bric-à –brac, un grand album à la fois érudit et jubilatoire, sérieux et complètement farfelu, qui entraîne son lecteur sur plein de chemins de traverse, tout en suivant le fil de son histoire et de son héros, Marcel l’éléphant. Un livre qui s’imposait dans cette émission. On la découvre en compagnie de leurs deux auteurs. C’est à 45 mn.

Lecture

Lionel Chenail lit un extrait d’un roman de littérature générale sur le thème de l’enfance.

Parutions

Un album délicieusement loufoque pour les plus jeunes, Le goûter des Polipoil, d’Astrid Desbordes et Pauline Martin, publié par Albin Michel. Dans la famille Polipoil, écureuils aux grands yeux ronds, le moindre événement se transforme illico en une aventure extraordinaire. Aujourd’hui, toute la famille est folle de joie à l’idée proposée par Monsieur Polipoil. Organiser un goûter dans le jardin… ce sera la première fois. Et quand il émet l’idée de manger des gaufres avec du confit de noisettes, ni une ni deux, madame Polipoil grimpe dans son avion pour aller chercher des noisettes dans la réserve. Mais voici que son avion tombe en panne et la nuit arrive… Pleine d’énergie, elle retrouvera le chemin de la maison. Il lui suffit de marcher toute la nuit. Conclusion de monsieur Polipoil, organiser un gouter c’est bien mais c’est quand même un exercice trop périlleux. A partir de l’ordinaire, Astrid Desbordes a composé une histoire pleine de fantaisie, avec des héros à l’énergie communicative. Des situations aussi normales qu’absurde ou invraisemblables, comme celle de partir en avion depuis le jardin mais de revenir à pied. Tout tient grâce à l’écriture d’Astrid Desbordes, aux formules savoureuses et aux illustrations de Pauline Martin, illustratrice de bandes dessinées. Elle croque une famille d’écureuils bien sympathiques, dans un dessin très simple cerne de noir et surtout des aplats de couleurs aux couleurs pétantes, rose vif, jaune citron, vert prairie, pleines d’énergie. A partir de 4 ans, 8,50 €. Visiblement le premier titre d’une nouvelle série à suivre.

Les vers de terre mangent des cacahuètes d’Elisa Géhin, Thierry Magnier Avant les vers de terre mangeaient des cacahuètes, Les oiseaux mangeaient les vers de terre qui mangeaient des cacahuètes. Les chats mangeaient les oiseaux qui mangeaiant les vers de terre qui mangeaient des cacahuètes.. Personne ne mangeait les chats qui mangeaient les cacahètes. Ca énervait BEAUCOUP les vers de terre qui mangeaient les cacahuètes. Voilà, c’est comme ça que commence l’album d’Elisa Géhin, à la fois loufoque et tellement enfantin, avec ces phrases mises en abymes, d’une logique imperturbable sur qui mange qui, jouant sur les répétitions et les enchainements jusqu’à perdre le lecteur. Un véritable méli-mélo de vers de terre, d’oiseaux et de chats, qui se savoure encore mieux en le lisant à voix haute. Les illustrations sont tout aussi savoureuses et ludiques, car Elisa Géhin s’amuse avec la géométrie de l’espace pour aligner, vers de terre, oiseaux et chats, puis tout faire exploser pour reconstruire de nouveaux espaces colorés, et tout chambouler encore. Les chats, comme les vers ou les oiseaux sont bleus, jaunes, rouges, noir, en aplats de couleurs légères, aux formes simples. Comme dans ses précédente albums, en particulier Il était plusieurs fois une forêt, paru il y a trois ans, et pour lequel nous avions eu le plaisir de la recevoir à ce micro, Elisa Géhin sait donner un personnalité à chacun de ses vers de terre, chats ou oiseaux, pas un ne ressemble à l’autre, et pourtant il y en a des dizaines !! Le grand format convient bien à cette histoire, et les grandes pages ne sont pas de trop pour accumuler tous ces animaux, le ventre bien plein d’un autre animal, qui lui-même a mangé un autre animal, qu’Elisa Géhin nous donne à voir. OU comme cette grande image en coupe du chat qui a mangé l’oiseau qui avait mangé le ver de terre qui avait mangé de le chat. Jeux de formes, jeux de couleurs, jeux d’alignements, ce nouvel album d’Elisa Géhin alterne les pages toutes chamboulées avec d’autres bien rangées avec beaucoup d’humour Un régal 18 €, à partir de 5 ans

| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page