Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
9h - 10h
La vie est un roman

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin / Ecoute ! Il y a un éléphant… # 22 juin 2016

Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin

Ecoute ! Il y a un éléphant… # 22 juin 2016

"Asseyez-vous" (Hélium)//avec Didier Cornille, designer et auteur ; "Dormir cent ans"//avec Pauline Bureau, auteure et metteur en scène
Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

Livres

Interview de Didier Cornille, c’est au début

C’est la chaise Hill House, au haut, très haut dossier en forme d’échelle, créée en 1902 par l’architecte écossais Charles Rennie Mackintosh, qui ouvre l’album « Asseyez-vous », écrit et dessiné par Didier Cornille. Et comme elle est la première de la soixantaine de sièges répertoriés et présentés dans ce livre, c’est elle, la chaise Hill House, qui lui a imposé son format, un album haut et étroit, donc, édité par les éditions Hélium, comme les précédents titres de Didier Cornille. Avec elle, commence un parcours commenté, et passionnant, parmi les sièges des vingtième et vingt et unième siècle, chaises, tabourets, fauteuils, bancs… imaginés par des designers ou créateurs de mobiliers, pour répondre aux besoins et attentes, aux évolutions de modes de vie, pour se reposer ou pour travailler, pour se déplacer ou pour s’amuser, mais aussi conçus comme œuvre d’art. Soixante sièges, et pour chacun d’eux, son nom, le nom du designer, la date, une brève description de l’objet assorti d’un dessin au trait épuré et précis pour en faire voir les particularités, mais aussi une illustration le mettant en scène dans son époque et un court texte présentant son créateur et sa démarche. Plutôt que de choisir un classique ordre chronologique ou alphabétique, Didier Cornille a adopté un classement tout à fait personnel qui rend le livre l’ouvrage encore plus passionnant car il permet de souligner tout en légèreté les questions qui se posent au designer : du beau, de l’utile, du travail, de l’agréable, de l’économie, du jeu, du mouvement, du plein air, de l’art, du futur, tels sont les titres des 10 chapitres, ou plutôt des dix entrées derrières lesquels sont présentés les sièges, certains connus, très connus parce que reproduits en de nombreux exemplaires ou peut-être copiés, d’autres qui le sont moins, mais tous témoins d’une époque, d’un courant, d’une démarche. Des questions que connait bien Didier Cornille, puisqu’il est lui-même créateur de mobilier et designer et qu’il enseigne l’histoire et la théorie du design à des étudiants aux Beaux Arts du Mans.

Avec « Asseyez-vous », voilà de quoi répondre à la curiosité des enfants, toujours attentifs aux détails, sans pour autant les surcharger d’informations. Car si le dessin au trait de Didier Cornille est à la fois léger et très précis, avec une attention particulière aux motifs et aux couleurs, il sait se faire malicieux, quand il dessine ses personnages. Une mise en page aérée et soignée, une typographie épurée, « Asseyez-vous » est aussi un ouvrage élégant, comme le sont aussi les précédents albums de Didier Cornille, tels « Toutes les maisons sont dans la nature » ou « Tous les ponts sont dans la nature », pour n’en citer que deux, et tous édités chez Hélium. « Asseyez-vous » est le tout dernier, puisqu’il est sorti en avril dernier, et ce matin, nous sommes ravis d’accueillir son auteur.

Spectacle

Interview de Pauline Bureau pour "Dormir cent ans", c’est à 50 mn

Aurore et Théo ne se connaissent pas encore, ils sont tous les deux au seuil de l’adolescence, sont souvent seuls, se questionnent. Elle, elle joue du piano, se prend souvent en photo pour tenter de comprendre son corps qui se transforme, doit souffler seule ses bougies d’anniversaire, quand ses parents ont préféré aller danser en amoureux. Lui, la clé de la maison autour du cou, a un ami imaginaire bien présent avec qui jouer et discuter en attendant son père qui rentre tard tous les soirs ; il file en solitaire sur son skate à travers la ville, et aimerait bien être plus à l’aise avec les autres. C’est à l’école qu’ils vont faire connaissance.

Comment grandir, comment se trouver quand on quitte l’enfance, avec tous les doutes et les questionnements, comment quitter sa peau d’enfant pour revêtir celle de l’adolescence, comment penser à l’amour, c’est quoi devenir un homme, ou une femme ? Le temps qui s’étire, vide, en suspens, comme le sommeil. « Je déteste le silence. Je m’entends penser », dit Aurore qui pour combler son angoisse compte et recompte tout : des touches de piano au nombre de photos prises sur son portable. Pour raconter et mettre en scène cette période trouble et pleine de doutes, dans son spectacle "Dormir cent ans", l’auteure et metteur en scène Pauline Bureau a fait appel, en toute discrétion, aux contes traditionnels, dans lesquels les héros doivent accomplir exploits et épreuves pour enfin devenir eux-mêmes. C’est ainsi que Aurore et Théo se rejoindront dans leurs rêves, la nuit, dans cette forêt sombre pour affronter leurs peurs et aller au-delà d’eux-mêmes vers le désir partagé.

Dans une scénographie inventive, avec des images vidéo magnifiques de réalisme et de poésie pour les décors ou les ambiances, Dormir cent ans est un spectacle à la fois drôle et touchant, et surtout très juste dans sa façon de raconter cette entrée dans l’adolescence. Les deux adolescents sont impeccablement interprétés jusque dans leur gaucherie ; quant à l’ami imaginaire, un crapaud qui n’a pas sa langue dans sa poche, il tient son rôle avec beaucoup de cocasserie. Sans oublier la bande son, intense, qui participe de la force du spectacle. "Dormir cent ans", créé l’année dernière par Pauline Bureau, est de nouveau à l’affiche du théâtre Paris Villette jusqu’au 2 juillet, et c’est à l’issue d’une des représentations de ce week end que j’ai rencontrée Pauline Bureau.

Encore une dizaine de représentations de "Dormir cent ans" au théâtre Paris Villette jusqu’au 2 juillet, à 19 heures, 20 heures ou l’après midi selon les représentations. A voir à partir de 9 ans.
- Le site du théâtre Paris Villette

Livres

Le cercle des jeunes lecteurs passionnés, c’est à 45, à 70 et 75 mn

Le cercle des jeunes lecteurs passionnés. Lucie, Lola, Hannah, Pablo, Naïna, Zoé et Siméon ! Ils ou elles ont 8, 9 ,10 ou 13 ans, ils ou elles aiment lire et parler de leurs lectures. Au fil des émissions, l’un ou l’autre présente un livre de son choix, un gros ou un plus petit, un tout nouvellement paru ou un plus ancien, un livre connu ou qui ne l’est pas encore. A son gré. Quelques mots pour introduire le livre, un petit commentaire critique, la lecture d’un extrait, et hop, c’est dans la boîte. Ce matin, Pablo, 8 ans, présente une série de livres dont il aurait parlé pendant des heures, tellement ils l’ont passionné.

Ce matin, pas 1, ni 2 mais 3 chroniques.

  • Pablo, 8 ans, présente une série de livres dont il aurait parlé pendant des heures, tellement ils l’inspirent pour jouer sur son ordinateur : "Minecrat. Redstone, le guide officiel"- Gallimard jeunesse
  • Naïna, 10 ans, présente un manga, et c’est la première fois qu’elle en lit : "Bride stories", de Kaoru Mori, éditions Ki-Oon
  • Hannah, 8 ans, présente un livre de poésies : "Mon premier Hugo", de Victor Hugo, Milan poche

Lecture

Chronique de Lionel Chenail, c’est quelques minutes avant la fin

Lionel lit un extrait d’un roman de littérature générale sur le thème de l’enfance : "Daddy Love", de Joyce Carol Oates (Philippe Rey, 2016)

Programmation musicale

  • Bonbons - Lydie Dupuis, Lydia Toubiana - Nanan - Inouïe distribution, 2015
  • Il était un petit homme - Zaf Zapha - Yamaya, voyage musical en Amérique latine - Tout s’métisse
  • Si tu voyais - Carlo Bondi et Xavier Michel - C’est si court l’été
  • Oh - David Sire - Niet Popov - Didier jeunesse
  • Because the night - Patti Smith
  • L’heure du goûter - François Hadji Lazaro - Pouëtt - Milan jeunesse
| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page