Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
12h - 17h
Décrochage antenne : programme musical

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin / Emission du 26 novembre 2014

Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin

Emission du 26 novembre 2014

Magali Rousseau (Je brasse de l’air) ; Axelle Desaint (ebook "Quelles couleurs !") ; Valentine Goby (Charte auteurs jeunesse)
Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

avec Magali Rousseau, auteure et interprète de "Je brasse de l’air" (au Grand Parquet) ; Axelle Desaint, réalisatrice du livre numérique "Quelles couleurs !" (Régis Lejonc / éditions Thierry Magnier et Tralalère) ; Valentine Goby (Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse) ; et la chronique littéraire de Lucie.

Spectacle

Interview de Magali Rousseau, c’est au début

Dans le hall du petit théâtre du Grand Parquet où les spectateurs attendent que le spectacle Je brasse de l’air commence, voici le clarinettiste qui s’avance pour les inviter à le suivre au son de son instrument à la musique déjà envoûtante. Tel le joueur de Hamelin, il les conduit dans la pénombre, pour les faire entrer dans un espace hors du temps et des conventions habituelles du spectacle, celui conçu et interprété par Magali Rousseau. A la lumières d’une bougie, d’une petite lampe de poche ou d’un projecteur, et au fil de son récit et des mots qui le composent, l’univers et l’histoire de Magali Rousseau se dévoilent peu à peu. Son univers ? Des êtres ou des objets d’acier, à la mécanique fragile, qui s’animent sous ses doigts, ou mus par des poulies, des engrenages, de mystérieux ressort invisible ou encore par la chaleur d’une flamme. En acier, en bois, en laiton, en plumes, tous ces objets insolites, oiseau aux ailes fines et longues, dont les tentatives d’envol restent toujours infructueuses, pluie d’ailes de plumes qui tombent en tournoyant, animal qui se traîne maladroitement sur le sol, ou même poisson, un vrai, dans son bocal suspendu, et d’autres encore, toutes ces machines poétiques se découvrent au fil de la déambulation menée par Magali Rousseau et portée par la superbe musique interprétée par Julien Joubert à la clarinette et des outils numériques. L’histoire ? « Par où commencer ? » dit Magali Rousseau de prime abord. « Un mot ne convient pas mieux qu’un autre ». « Ma mère n’a jamais su nager, c’est peut-être pour ça qu’elle m’a appris à voler » Et Magali de nous confier son histoire, ses tentatives d’envol toujours recommencées, mais inlassablement vouées à l’échec, parce que la force des rêves a du mal à résister aux lois de la gravité. Et au poids de l’histoire familiale, des histoires de famille dans lesquelles on a grandi et que Magali Rousseau raconte par bribes, avec beaucoup d’humour, et schémas à l’appui qu’elle dessine à la craie. « Tenter de voler est un acte de résistance », ajoutera-t-elle. Tout en finesse et délicatesse, intriguant et poétique, Je brasse de l’air est profondément émouvant. Je brasse de l’air, de et avec Magali Rousseau, avec le regard complice de la compagnie Les anges au plafond, est à l’affiche du Grand Parquet, à Paris, jusquà dimanche et à découvrir ce matin avec Magali Rousseau.

- Site de Magali Rousseau
- Site du Grand Parquet

Livres

Chronique de Lucie, c’est à 40 minutes

Chaque semaine Lola, 11 ans, et Lucie, 8 ans, présentent tour à tour un roman qu’elles ont lu et apprécié. Une courte présentation, la lecture d’un extrait, un commentaire plus ou moins enthousiaste, et c’est dans la boîte. Aujourd’hui, c’est au tour de Lucie de nous présenter un roman dans lequel elle a tout aimé : Le cahier de mes vacances nulles et de gribouillages, de Bernard Friot, Flammarion, 2014

Numérique

Interview d’Axelle Desaint, c’est à 45 minutes

Il n’y a pas un seul jaune mais le jaune paille, fleur de soufre, poussin, moutarde, orpiment citron, auréolin, et encore de nombreuses autres nuances dont les noms font rêver, tout comme celles du rouge, du vert, du blanc ou du noir. Dans son imagier Quelles couleurs ! publié une première fois chez Thierry Magnier en 2009 et réédité cet automne, Régis Lejonc, invite à découvrir et admirer les multiples nuances d’une douzaine de couleurs, à travers une suite d’illustrations, de photographies, de compositions graphiques qui composent les quelque 200 pages de Quelles couleurs !. Du tournesol à la boite aux lettres, du taxi newyorkais au jaguar élancé ou au poussin étonné, pour rester sur le jaune, de l’affiche au portrait en pied ou à la fiche recette, chaque page dit un morceau de notre monde, ouvre sur l’imaginaire, fait des clins d’œil à des personnages légendaires ou à notre histoire culturelle. Douze séries, la première autour du blanc, la dernière autour du noir, entre 15 ou 20 illustrations pour chacune, qui multiplient les techniques, et tour à tour poétiques, drôles, joueuses, moqueuses ou réalistes. On savoure en suivant le fil des pages, de passer du rouge du diable, aux petits pois sont rouges puis à la coccinelle qui se fait voiture. Et même si les plus petits ne décodent bien sûr pas toutes les références, ils feuillettent avec autant de plaisir que les grands et s’inventent des histoires, comptent les moutons blancs, s’amusent des blagues de Régis Lejonc. Avec son adaptation en livre numérique, édité par Thierry Magnier et Tralalère, conçue par Axelle Desaint et Denis Chiron, avec la complicité de Régis Lejonc, c’est encore à une autre déambulation à laquelle est invité le lecteur de Quelles couleurs ! A chaque couleur , sa page et ses images, celles du livres bien sûr, en petites, moyennes ou grandes vignettes à faire glisser et assembler d’un simple mouvement du doigt, pour recomposer, presque à l’infini, sa propre planche Des répétitions à la Andy Wharol, 9 fois la même image, ou bien d’un clic sur l’image, l’agrandir au format tablette pour en mieux voir les nuances et retrouver l’enchainement des pages. Car il faut dire que passées à l’écran, les images de Régis Lejonc ont conservé tout leur grain et leurs effets de matière ; elles sont superbes ! Et puis au détour d’une planche, d’une page plutôt, au hasard des images, une surprise attend le lecteur ; un petit jeu de memory, des 7 différences ou autre jeu de discrimination visuelle, aux combinaisons chaque fois différentes quand on le relance. Pas de cling et de clang, pas de bande sonore qui s’interpose ; mais dans chaque série de couleur, pour la page du nuancier conçue par Régis Lejonc, la voix claire du comédien Benjamin Bollen énonce les noms des différentes nuances. Et ça suffit ! La navigation se fait tout en fluidité, on va et vient parmi les images et on s’invente des parcours et des assemblages à chaque fois renouvelés. Une simplicité envoûtante ! Quelles couleurs ! version numérique, n’est pas une application numérique mais un livre numérique, un ebook, développé en epub 3, livre numérique enrichi donc, disponible sur l’ibook store de Apple. Développé parTralalère pour les éditions Thierry Magnier, Quelles couleurs ! a été réalisé par Axelle Desaint. Et parce que jnous voulions qu’elle nous raconte la genèse de ce livre numérique, nous sommes donc allées la rencontrer hier chez Tralalère.

  • Quelles couleurs !, de Régis Lejonc, adapté en livre numérique par Axelle Desaint chez Tralalère, pour les éditions Thierry Magnier, disponible au prix de 6,99 euros, sur l’ibook store de Apple pour la tablette iPad. Quelles couleurs ! , c’est aussi le livre, en papier, réédité chez Thierry Magnier dans une édition augmentée cet automne, 17 euros, à lire à partir de 3 ans et bien au-delà.

Livres

Interview de Valentine Goby, c’est à 70 minutes

Comme chaque année depuis 30 ans, le livre jeunesse est à la fête avec le Salon du livre et de la presse jeunesse qui ouvre aujourd’hui mercredi à Montreuil. 6 jours de mise en avant du livre jeunesse dans toute sa diversité, avec de très nombreuses rencontres, dédicaces, ateliers et surtout plus de 150 stands d’éditeurs pour donner à voir toute la richesse d’un secteur de l’édition qui continue à se porter bien, une qualité et une inventivité qui ne se démentent pas au fil des années, bien au contraire. De quoi bien remplir la hotte du père Noël ! Mais plutôt que de porter notre micro sur l’un ou l’autre de ces éditeurs ou auteurs qui seront présents au Salon du livre, nous le faisons ici tout au long de l’année, plutôt que de revenir sur l’un ou l’autre des événements qui auront lieu, nous avons voulu ce matin évoquer des sujets qui fâchent. D’abord avec l’alerte lancée par les auteurs et illustrateurs jeunesse, qui voient leur situation sociale se précariser, leurs rémunérations diminuer de plus en plus alors que le secteur de l’édition jeunesse, lui, reste plutôt florissant. « Auteurs bientôt tous à poil ? », c’est autour de ce slogan que se mobilise la Charte des auteurs et illustrateurs pour la jeunesse, association professionnelle qui en rassemble plus de 1200. Evoquer aussi la disparition, non officiellement annoncée mais en catimini, d’une maison d’édition talentueuse, Autrement jeunesse, victime des règles comptables du groupe Madrigall qui avait racheté cette maison d’édition il y a quelques années et la laisse tomber aujourd’hui. Valentine Goby, auteure donc, entre autres chez Autrement jeunesse, est l’une des administratrices de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, est en ligne avec nous.

| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page