Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
0h - 3h
Alefamusic

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin / Emission du 28 mai 2014

Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin

Emission du 28 mai 2014

avec Davide Cali (auteur) ; Christophe Laluque (Amin Cie théâtrale)
Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

Avec Davide Cali, auteur de très nombreux livres pour enfants, surtout des albums et des bandes dessinées ; puis Christophe Laluque, metteur en scène (Amin Cie théâtrale) pour le Manuscrit des chiens 2. Quelle merveille, de Jon Fosse, très bientôt au théâtre Dunois.

Livres pour enfants

Interview de Davide Cali, c’est au début

Depuis ses deux premiers albums paru en France, Juste à ce moment-là, illustré par José Manuel Saraiva, et Un papa sur mesure, illustré par Anna Laura Cantone, édités par Sarbacane au printemps 2004, il y a donc tout juste dix ans, Davide Cali a écrit et publié, en France, plus d’une cinquantaine, voire une soixantaine, de livres à l’intention des enfants, presque tous des albums, bandes dessinés ou livres d’images, dans lesquels il excelle par son sens du récit, son humour, son imagination, mais aussi son évidente attention à écrire de façon simple, légère et souvent poétique, sur des sujets qui préoccupent chacun, petits et grands : comment grandir, vivre avec les autres, aimer, savoir attendre, ou tout simplement comment échapper aux devoirs à faire pour le lendemain, comme dans Je n’ai pas fait mes devoirs parce que, paru récemment chez Hélium. Des sujets sérieux, l’identité, la guerre, l’exclusion, la vie de famille ou des sujets plus légers, tels les souvenirs d’enfance dans Vide grenier, chez Sarbacane, universels tel l’amour dans Pollen, une histoire d’amour, chez Passe Partout, et on pourrait en citer encore beaucoup d’autres. Parfois, rarement le récit se fait pédagogique, comme dans Le grand livre de la bagarre, illustré par Serge Bloch, mais d’un livre à l’autre, Davide Cali passe du texte bref à la bande dessinée, du conte au roman, de la parodie de polar au récit à la première personne, d’une écriture très narrative à une écriture plus dépouillée ou plus incisive, et toujours au plus près des sentiments de l’enfance, sans oublier les applications numériques. Si Davide Cali campe souvent dans ses albums des personnages humains, enfants ou adultes, il semble aussi avoir un penchant certain pour les bestioles, les insectes en particulier, comme dans ses bandes dessinées Jérôme et les fourmis rouges ou encore 10 petits insectes, illustrés par Vincent Pianina. Ses livres sont mis en images par de nombreux illustrateurs différents – Anna Laura Cantone, Serge Bloch, Maurizio Quarello, Benjamin Chaud, pour en citer un tout petit nombre ; ils sont édités chez Sarbacane, Rue du monde, Passe Partout, Hélium, Gulf Stream, Oskar, et bien sûr j’en oublie. Impossible de citer tous les titres. On peut dire Moi, j’attends, L’ennemi, L’ours qui avait une épée, Si je fusse une grenouille, mais il faudrait en nommer encore beaucoup d’autres. Vous l’avez peut-être deviné, Davide Cali est italien, il vit en Italie, loin de Paris ; nous attendions depuis un bon moment sa venue à Paris pour l’inviter autour de ce micro et nous sommes donc ravis que l’occasion se soit enfin présentée.

Site de Davide Cali

Quelques albums récents de Davide Cali :

  • Pollen, une histoire d’amour, illustrations de Monica Barengo, Passe Partout, 2013
  • Elle est où la ligne, illustrations de Joëlle Jolivet,Oskar, 2013
  • Je n’ai pas fait mes devoirs parce que, illustrations de Benjamin Chaud, Hélium, 2014
  • Pan ! Pan !,illustrations de Maddalena Gerli, Rue du monde, 2014
  • Vide grenier, illustration de Marie Dorléans, Sarabacane, 2014
  • Le perroquet de l’empereur, illustrations de Chiaki Miyamoto, Nobi Nobi, 2014

Spectacle

Interview de Christophe Laluque, c’est à 45 minutes

Qu’il s’adresse aux adultes ou aux enfants, l’auteur norvégien Jon Fosse use de cette même écriture simple, poétique, doucement répétitive, mais aussi très concrète, qui rend ses textes sensibles, directs et si singuliers. Dans sa trilogie, Le Manuscrit des chiens, que les éditions de l’Arche ont fait connaître au jeune public français il y a quelques années, ses pièces de théâtre prennent la forme de monologues, comme dans une nouvelle ou un conte. Ses personnages sont des chiens doués de parole, confrontés à la solitude, aux grandes questions de la vie et aux sentiments pas toujours faciles qui agitent l’enfance. Dans le Manuscrit des chiens 2, Quelle merveille, le chien Olav part à l’aventure pour briser sa solitude, retrouve son vieil ami Bard, avec lui traverse la forêt sans fin, et rencontre deux dames chiens de la ville, comme il dit, et va découvrir l’amour, non sans d’abord quelques déconvenues. Mais ici, au contraire des deux autres textes, pas d’humains, pas de maîtres, quatre chiens autonomes. Véritable parcours initiatique, à l’image de celui de l’adolescence quand tout semble encore fragile, où l’on se sent déjà vieux parce que tout juste sorti du cocon de l’enfance. Comme dans les deux autres Manuscrits des chiens, les personnages parlent souvent à la troisième personne, expriment à la fois ce qu’ils disent et ce qu’ils pensent, à la fois dedans et dehors. Depuis 2008, date de la première parution en France d’un des trois Manuscrits des chiens, Christophe Laluque, de l’Amin compagnie théâtrale, a entrepris de les mettre en scène l’un après l’autre, pas forcément dans l’ordre de parution d’ailleurs. Il vient tout juste de créer la troisième, celle de Quelle Merveille, à Viry-Chatillon, à la Friche, lieu de création artistique qu’il dirige depuis deux ans. Comme dans les précédentes, peut-être même encore un peu plus, sa mise en scène s’inscrit elle aussi dans l’épure, donnant toute la place au texte et au jeu des quatre acteurs qui interprètent chacun un chien ou une chienne, même si le texte original ne le spécifie pas. Sur le grand plateau nu, à peine éclairé par des rais ou des puits de lumière qui déterminent à peine l’espace, juste un drapé en fond de scène sur lequel est projeté par moments quelques images vidéo évoquant les brumes et le froid des fjords. Pourtant cet espace est intensément habité par les quatre comédiens, habillés normalement, dont les déplacements, les mouvements, les regards et surtout le phrasé, mais également la création sonore et musicale, laissent toute la place aux mots, au texte et aux images qu’ils font naître dans la tête du spectateur. Avec cette pièce, Christophe Laluque clôt, pour le moment du moins, son travail de recherche artistique autour de Jon Fosse, auquel il consacre un hommage du 4 au 15 juin au Théâtre Dunois à Paris, avec différents rendez-vous artistiques, et plus particulièrement des représentations scolaires et tout public du Manuscrit des chiens 2, Quelle Merveille. Mais c’est à la Friche, à Viry Chatillon, où la pièce est jouée jusqu’à aujourd’hui, que nous l’avons rencontré à l’issue de la représentation de dimanche dernier.

Le Manuscrit des chiens 2, Quelle merveille, de Jon Fosse, mis en scène par Christophe Laluque, avec Jean Louis Fayollet, Irina Solano, Marc Baylet-Delpérier et Cécile Cholet, scénographie et lumières par Franz Laimé, musique et son de Nicolas Guadagno, du 4 au 15 juin au Théâtre Dunois , dans le 13e arrondissement, à voir à partir de 8 ans. Une quinzaine autour de Jon Fosse au Théâtre Dunois, avec plusieurs rendez-vous avec l’Amin compagnie théâtrale, en particulier une table ronde le samedi 7 juin autour de l’écriture de Jon Fosse, et le samedi 14 juin, la présentation des trois Manuscrits des chiens.

Informations

La douzième édition du Festival Ta parole à Montreuil se déroule du 9 au 15 juin. Ce festival autour de la chanson, et plus particulièrement d’artistes dits émergents, engagés, c’est des concerts toute la journée pendant 7 jours, dans un environnement joyeux et festif et qui veut miser sur la découverte et la curiosité pour découvrir des chanteurs qui ne sont pas encore médiatisés. Trois lieux à Montreuil, la Parole Errante, le théâtre Berthelot et le théâtre des Roches. Côté adultes, on pourra entendre une quinzaine d’artistes. Le festival réserve une petite part pour les enfants, avec deux spectacles, et donc deux artistes, qui ne sont pas vraiment des nouveaux venus sur la scène de la chanson jeune public, loin de là, puisqu’il s’agit d’Alain Schneider le dimanche 15 juin et de François Lemonnier le mercredi 11 juin. N’empêche on les aime bien ici, vous le savez certainement, et on vous recommande donc ces deux spectacles à voir en famille, gratuit pour les enfants. Toutes les infos sur le site Festivaltaparole.org. Et en avant-goût, on écoute François Lemonnier, extrait de son spectacle et CD Quand j’étais petit, mercredi 11 juin après midi, théâtre Berthelot à Montreuil, dès 3 ans.

| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page