Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
21h - 6h30
Décrochage antenne : programme musical

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin / Emission du 29 octobre 2014

Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin

Emission du 29 octobre 2014

avec Emmanuelle Germain (Festival théâtral 95) ; Philippe Dorin (auteur) ; Jos Auzende (Gaité lyrique)
Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

Le Festival théâtral du Val-d’Oise (Emmanuelle Germain) ; "Soeur, je ne sais pas quoi frère" au Paris Villette (Philippe Dorin) ; "Capitaine Futur et le voyage extraordinaire" à la Gaité lyrique (Jos Auzende) ; les chroniques littéraires de Lucie et Lola ; la lecture de Lionel Chenail

Spectacles

Interview de Emmanuelle Germain, c’est au début

Pour sa trente deuxième édition, le Festival théâtral du Val d’Oise se déroulera du 4 novembre au 12 décembre dans une quarantaine de villes du 95, petits villages ou villes plus importantes, dans les théâtres, les salles des fêtes, les bibliothèques, entre autres. 40 spectacles, pas loin de 200 représentations tout au long de ces quelque 5 semaines. Autant pour les adultes que pour les enfants, délibérément tourné vers la création contemporaine, avec des spectacles qui feront leur première, ou d’autres qui viennent d’Italie ou d’Allemagne, la programmation, comme à chaque fois, est de qualité et exigeante. L’an dernier, elle s’organisait autour de la thématique du rire et de l’humour, cette année, c’est celle du corps, théâtre du corps, corps du théâtre, qui assure le fil conducteur d’une grande partie des spectacles, qu’ils soient pour adultes ou pour les plus jeunes. Emmanuelle Germain, directrice adjointe du Festival théâtral du Val d’Oise, est chargée de la programmation jeune public, et elle est avec nous ce matin pour la présenter.

Site du festival

Spectacle

Interview de Philippe Dorin, c’est à 40 minutes

Dans Sœur je ne sais pas quoi frère, la pièce de Philippe Dorin au titre aussi mystérieux que poétique, elles sont cinq. Cinq sœurs, âgées de 9 à 75 ans, enfermées dans une maison en Russie, elles semblent liées comme les cinq doigts de la main par un mystère, un secret qui traverse tout le spectacle mais sera finalement à peine dévoilé. D’une scène à l’autre, d’une pièce à l’autre de la maison qu’elles installent et désinstallent à travers le plateau, elles jouent, rejouent peut-être des événements vécus, imaginés, partagés, heureux ou traumatisants, de leur histoire familiale ; elles tentent de percer ce secret depuis trop longtemps contenu comme le sont souvent les secrets de famille. Des mots qu’on ne doit pas prononcer, une menace extérieure, des souvenirs vécus ou inventés… Cinq filles, pas d’homme mais l’ombre du père, omniprésente ; L’une garde sur l’épaule un le fusil. Contre quelle menace ? La petite tient une poupée dans ses bras, bien serrée contre elle, comme pour la protéger du monde entier. Qu’attendent-elles ? Elles se confient, se chamaillent, s’épient, se souviennent et se dévoilent ; elles jouent comme des enfants, fument, dansent, chantent, beaucoup. Pas une seule histoire, donc, mais DES histoires, celles de chacune, des histoires de transmission, de descendance, de ces cinq sœurs qui incarnent cinq générations Comme dans toutes les pièces de Philippe Dorin, les scènes courtes, rapides, vives, s’enchaînent, porté par ce joli travail sur la langue, où derrière l’apparente simplicité des mots qui fusent, leurs assonances, leur rythme, l’humour aussi, s’ouvre tout un monde, à la fois léger et profond, propice à l’imaginaire du spectateur. Citations, allusions aux contes traditionnels, à l’Oulipo, aux auteurs russes, à Tchékhov bien sûr et certainement bien d’autres que je n’ai pas reconnus, rendent le texte particulièrement savoureux. La mise en scène de Sylviane Fortuny y fait écho de façon subtile, inventive, tant dans sa façon de travailler l’espace de la maison avec tapis, objets, tissus, les transparences et les reflets, que dans le jeu des comédiennes, leurs personnalités respectives et leur énergie. Dans la salle, les jeunes spectateurs, dès, 9 ans, même si ils ne comprennent pas tout, sont concentrés et attentifs, et l’on devine que les mots et les images font leur chemin dans leur tête. Sœur, je ne sais pas quoi frère, de Philippe Dorin et Sylviane Fortuny, créé il y a deux ans, est à l’affiche cette semaine et jusqu’au 7 novembre du théâtre Paris Villette, où j’ai rencontré Philippe Dorin hier après-midi à l’issue de la représentation.

Au théâtre Paris Villette cette semaine et jusqu’au 7 novembre, soit à 14h30 ou à 16 heures, et le vendredi et samedi à 19 heures.

A Argenteuil le 9 et 12 novembre. Une pièce à voir avec les enfants à partir de 9 ans. Interprétée par Mireille Franchino, Carole Got, Catherine Pavet, Sopjhie Verbeck, et Rose Lizot et Charlotte Sourisse en alternance.

Le texte a paru à l’Ecole des loisirs, collection Théâtre

Exposition

Interview de Jos Auzende, c’est à 60 minutes

Le Capitaine Futur est de retour à la Gaité lyrique ! Ce personnage extra-ordinaire puiqu’on ne l’a jamais vu, globe trotter imaginaire doté de super pouvoirs, avait fait une première escale de trois semaines en mai 2013 pour faire découvrir aux enfants des œuvres numériques insolites. Cette fois-ci, il se pose pour plus longtemps, jusqu’en février prochain, pour entrainer les jeunes visiteurs dans un voyage extraordinaires. Un plongeon plus exactement, dans les entrailles de l’ordinateur comme un plongeon au fond de l’océan, pour des découvertes insolites qui chamboulent tous nos modes de perceptions. Dans le sous-sol de la gaité lyrique, un parcours invite petits et grands à s’immerger pour découvrir des œuvres insolites, les toucher, les manipuler, les transformer, et pour lesquelles l’interaction numérique sollicite tous nos sens. Une vingtaine d’œuvres, de créateurs français ou étrangers, qui se font coquillages, algues marines, rayons de lumière. Découverte en compagnie de Jos Auzende, commissaire de la manifestation Capitaine Futur et le voyage extraordinaire, à la Gaité lyrique

Site de la Gaité lyrique

Livres

Chronique de Lola, c’est à 55 minutes

Depuis la semaine dernière, deux jeunes chroniqueuses ont rejoint l’émission, Lola et Lucie, respectivement 11 et 8 ans. Deux passionnées de lecture qui présentent chacune tour à tour ou ensemble un livre qu’elles ont aimé, ou pas, au fil de leurs lectures et de leurs envies en suivant les semaines. Des gros romans ou des plus petits, des tout nouvellement parus ou des plus anciens, des connus ou d’autres qui le sont moins. A leur gré. Quelques mots pour présenter le livre, un petit commentaire et la lecture d’un extrait pour faire entendre les mots de l’auteur. Aujourd’hui, on écoute Lola ; pour sa première chronique, elle présente un roman qui est en fait un journal d’une adolescente :

Le journal d’Aurélie Laflamme, d’India Desjardins - Pocket poche

Lecture

C’est quelques minutes avant la fin

Lionel Chenail lit un extrait de : La nuit en vérité, de Véronique Olmi (Albin Michel, 2013)

Parutions de CD

A écouter au fil de l’émission

  • Origami et canetons dégourdis - Virginie Capizzi et Thomas Cassis (Victor Mélodie, 2014) : bande son complète et originale sur trois films d’animation en papier plié découpé du réalisateur chinois Yu Zheguang. Présenté en ciné-concert
  • Hansel et Gretel - Catherine Vincent (Victor Mélodie, 2014) : Conte musical qui revisite avec beaucoup d’inventivité (et de férocité) le conte traditionnel.
| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page