Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
10h - 12h
Les Jeudis Littéraires

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin / Ecoute ! Il y a un éléphant… # 31 octobre 2012

Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin

Ecoute ! Il y a un éléphant… # 31 octobre 2012

avec Véronique Boursier (Mon premier festival) ; Gérald Auclin (expo Lev Youdine) ; Cie Théâtre du Phare (Oh boy !)
Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

Cinéma

Pour la huitième année, 10 salles de cinéma art et essai parisiennes et le Forum des images proposent du 3 octobre au 6 novembre Mon premier festival, un festival de cinéma jeune public, avec une programmation de plus de 100 films pour tous les enfants dès deux ans, au tarif unique de 4 euros la séance. Plus de 15 avant-premières, 13 ciné-concerts, un focus sur le cinéma japonais, un hommage à Hayao Miyazaki, et encore d’autres propositions. Point important, chaque séance est animée par un intervenant pour accompagner les enfants. Voilà un beau programme. Présentation par Véronique Bousier, directrice de Enfance au cinéma, chargée de Mon premier festival. C’est en début d’émission.

Illustration

On ne connait pas du tout Lev Youdine en France. Pourtant ce peintre et illustrateur jeunesse russe, né en 1903, virtuose du papier découpé, a illustré de nombreux livres et journaux pour enfants entre 1930 et 1941 dans son pays, des textes écrits par de grands poètes russes tels Samuel Marchak. Mais aucun de ses livres n’est arrivé jusqu’ici. Lev Youdine sort de l’oubli, grâce à la passion et à la ténacité de Gérald Auclin, illustrateur lui-même, rédacteur en chef de la revue DMPP, éditée par Hoochie Coochie. Il expose ouvrages et illustrations de Lev Youdine à la médiathèque Marguerite Duras dans le 20e arrondissement de Paris, jusqu’au 4 novembre. Visite commentée avec Gérald Auclin. C’est à 35 minutes

Théâtre

Depuis sa création en 2008, Oh boy, le spectacle de la compagnie le Théâtre du Phare, mis en scène par Olivier Letellier, Molière jeune public en 2010, a rencontré un succès tel qu’il ne cesse de tourner aux quatre coins de la France. Ainsi on pourra le voir le 9 novembre au centre culturel d’Orly, du 11 au 13 au centre cuturel d’Athis Mons, les 15 et 16 à celui de Villeneuve Saint Georges, et 20 au 22 novembre authéâtre de Rungis. A cette occasion nous vous proposons la rediffusion de la rencontre avec l’équipe du spectacle autour de ce micro, il y a plusieurs mois : Catherine Verlaguet, qui a adapté le roman de Marie-Aude Murail, Olivier Letellier le metteur en scène, et Lionel Erdogan, le comédien. C’est à 50 minutes.

Parutions : applications numériques et sites internet.

C’est à 20 minutes

Ma poire est la seconde application réalisée par Stéphane Kiehl, la seconde aussi de la maison d’éditions numériques E-toiles. La première application, Dans mon rêve, a paru l’année dernière. Nous avions eu l’occasion de la présenter à ce micro en compagnie de son créateur Stéphane Kiehl. Stéphane Kiehlest illustrateur, pour l’édition mais surtout pour la presse et si vous êtes lecteur de Paris Momes, vous aurez peut-être remarqué ses images dans le numéro d’octobre-novembre. Des images qui jouent beaucoup sur les formes, en aplats de couleurs souvent monochromes, avec un travail particulier sur le trait et le tracé qui rend ses images légères et oniriques. Ce travail graphique se prête particulièrement bien à la composition ou recomposition d’images telles qu’il l’avait imaginé pour Dans mon rêve et qu’on retrouve avec Ma poire, tout aussi poétique que le premier, destiné aux tout-petits. Simplicité et poésie pour cet imagier créatif, qui invite les enfants à jouer, imaginer, créer à partir d’une forme. Ma poire, c’est d’abord , au centre de l’écran, une poire colorée, qui se transforme tour à tour en mon papillon, mon lapin, ma vache, mon hippopotame par un simple glissement de calques verticaux ou horizontaux. Un glissement de doigts pour changer la couleur, la forme de la poire ou le dessin au trait noir et permettre ainsi de nombreuses combinaisons ou variations, réaliste, fantaisiste, bizarres, loufoques, 19 pour chaque animal et il y a 19 animaux, je vous laisse faire le compte des possibilités. En tous cas, de quoi trouver son animal préféré. C’est étonnant de voir combien la forme de la poire se prête bien à ce jeu, et j’ai bien sûr particulièrement apprécié l’éléphant, avec ses taches de rousseur. Une seule couleur à chaque fois, en aplats, au teintes assourdies très élégantes, une bande sonore très discrète quand on fait glisser son doigt, juste le nom de l’animal écrit en haut de l’écran, ma chenille, mon hirondelle, mon léopard. Mais Ma poire c’est aussi une invitation à créer, avec une fonction dessin. Sur une poire dont on peut changer la couleur, on peut dessiner du bout du doigt, photographier on œuvre terminée et la conserver et la conserver dans son album photos. Simple, poétique, ludique et graphiquement réussie, Ma poire est une application à proposer aux petits à partir de 3 ans. Elle est signée Stéphane Kiehl, éditée par E-toiles, c’est pour Ipad et Iphone, elle coûte 3,99 €.

Pour les plus grands, Les quatre saisons d’Antoine, est une application, aux multiples lectures, une super production, de Camera Lucida et de France 3. Les quatre saisons d’Antoine, c’est d’abord un film qu’on a pu voir cet été sur France 3, et donc, aussi, une application pour ipad. Antoine, c’est Antonio Vivaldi, Les Quatre saisons, que le film fait découvrir à travers une fiction, mettant en scène un jeune garçon, Antoine, et son grand-père, luthier, interprété par Pierre Richard, qui lui offre un livre, Les quatre saisons d’Antoine. Mêlant images d’orchestre, dessins qui s’échappent du livre, la musique bien sûr, et le récit fictionnel dans l’atelier du luthier, le film propose une étonnante et passionnante découverte de la musique de Vivaldi, tout en sensibilité et en imagination. Sur l’application on peut visionner le film complet ou par séquences, mais aussi de feuilleter le livre qu’a reçu Antoine. Dans le livre, des jeux qui accompagnent en finesse et intelligence l’écoute de la musique de Vivaldi, au fil des saisons. A l’automne, des feuilles d’automne sous lesquelles chercher les habitants de la forêt ; des graines à faire pousser au printemps, empêcher l’orage d’éclater au printemps, etc. Huit jeux, simples, pour ne pas gêner l’écoute, au joli graphisme réalisé parEmmanuelle Tchoukriel, illustratrice de plusieurs livres pour la jeunesse. La même équipe avait déjà réalisé et produit Carnaval des Animaux, l’année dernière, tout aussi réussi. Voilà une belle manière, très poétique, de faire découvrir la musique classique aux enfants. Les quatre saisons d’Antoine, Camera Lucida et France 3, application pour Ipad, 3,59 €, à partir de 6 ans

Le site Le voyage de Django est proposé par la Cité de la musique, dont l’exposition Django Reinhardt, swing de Paris, a commencé le 6 octobre dernier. Un site très joyeux, pour les jeunes enfants, 5-6 ans, qui fait entendre beaucoup de musique ou de chanson, et pas seulement des extraits. Comme pour d’autres sites réalisés par les musées, il s’appuie sur des jeux, très simples et habituels – puzzle, memory, dessin – pour présenter la biographie et l’univers du musicien. De courts textes, qu’on peut lire ou écouter si on veut, permettent de trouver les bonnes réponses aux quizz, et il y a même un jeu de reconnaissance musicale, peu courants sur ce genre de site. Quant aux illustrations du site, elles sont signées Elise Mansot. C’est elle qui avait illustré le livre CD consacré à Django Reinhardt, édité en 2010 dans la collection Contes du musée de la musique co éditée par la Cité de la musique et Actes Sud junior. Je ne sais pas si elle a créé de nouvelles images pour le site ou repris celles du livre, mais c’est le même univers, bien sûr. Vous trouverez le mini site Le voyage de Django, sur le site de la Cité de la musique.

Et puis encore

Le monde diplodocus, au Café de la danse, mercredi 7 novembre 14h30 : spectacle vidéo : chansons + vidéo interactive, par Nicolas Berton et une toute une bande, dont Lize Cheral, Alexis HK, ou Tete. Le monde diplodocus est aussi un CD édité par Naïve.

Oldelaf chante pour les enfants mardi prochain 6 novembre après-midi à Orsay, dans le cadre de Fesrtimomes, proposé, comme chaque année, par la MJC Jacques Tati. Théâtre, marionnettes, chanson, cinéma, cirque, pour les enfants de 6 mois à 12 ans. Le festival a commencé samedi dernier et se cloturera le 6 novembre.

Dans sa collection de livres CD, les éditions Didier jeunesse viennent de publier un superbe ouvrage Les plus belles berceuses de jazz : 15 berceuses sélectionnées par le musicien Misja Fitzgerald Michel, interprétées par les voix d’or du jazz, Ella Fitzgerald, Billie hOllyday, Sarah Vaugan, Nat King Cole, Chet Bake et d’autres. Des standards ou des titres moins connus. Dans le livre, les paroles des chansons, en anglais, et en français, dans une traduction de Valérie Rouzeau, et des illustrations d’Ilya Green, dont les couleurs, ses dessins d’enfants et son goût pour l’esthétique japonisante apportent beaucoup de charme au livre.

| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page