Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
17h - 19h
Radio SPUTNIK

Accueil du site / Programmes / Les émissions / La vie est un roman / La vie est un roman # 23 octobre 2018

La vie est un roman

La vie est un roman # 23 octobre 2018

J.-P. Digard, L’animalisme est un anti-humanisme & J.-A. Fralon, Le Journalisme avant Internet.
Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

Depuis plusieurs années, les animaux sont devenus un sujet sensible. Documentaires, tribunes, pétitions émaillent l’actualité, dénonçant des actes de maltraitance ou appelant à des mesures en faveur des animaux, et prenant à témoin l’opinion publique. Le droit lui-même s’est fait l’écho de ces préoccupations avec l’introduction des animaux dans le Code civil en 2015. C’est ce phénomène social, cette nouvelle sensibilité que scrute cet ouvrage, à sa façon aussi engagé que les tenants de la « cause animale ». Spécialiste de la domestication animale, Jean-Pierre Digard nuance, contextualise, passe de la longue durée historique à l’examen des revendications présentes, et balaye bien des idées reçues. De quels animaux parle-t-on ? Que connaissent les urbains de la vie animale ? L’utilisation d’animaux par l’homme n’a-t-elle pas avant tout été un élément déterminant du processus de civilisation ? Et quelles seraient les conséquences d’une « libération animale » ? S’il critique et dénonce les dérives des mouvements animaliste, antispéciste et véganien, cet ouvrage n’en reste pas à une telle prise de position. Plus profondément, c’est le rapport des animalistes à leur propre humanité, et leur façon de diaboliser l’homme, qui sont rigoureusement mis en question.

Ancien grand reporter au Monde et collaborateur régulier à la revue Schnock, José-Alain Fralon nous raconte ces histoires, et tant d’autres de la plus comique à la plus tragique, pour dresser le portrait d’une époque, où la presse écrite, quotidienne comme hebdomadaire, avait les moyens d’envoyer des équipes aux quatre coins du monde comme dans les endroits les plus retirés de l’Hexagone. Le temps, avant l’Internet et les portables, où il fallait se battre pour pouvoir dicter ses papiers à son journal, mais le temps aussi où les reporters avaient la possibilité de rester plusieurs semaines, voire plusieurs mois, sur place pour les besoins de leur enquête.

Nos partenaires

| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page