Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
0h - 3h
Alefamusic

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Les Jeudis Littéraires / Les jeudis littéraires # 24 mars 2016

Les Jeudis Littéraires

Les jeudis littéraires # 24 mars 2016

Le Prix de littérature André Gide//avec Robert Kopp (président) et Catherine Millot (lauréate)
Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

Première partie de l’émission consacrée au Prix de littérature André Gide 2016

Avec :

  • Robert Kopp, Professeur de littérature française aux universités de Bâle, de Paris IV et Paris X ; auteur de l’album de la Pléiade consacré à André Breton. Il est le président du Prix de littérature André Gide.
  • Catherine Millot, écrivaine et psychanalyste, lauréate du Prix de littérature André Gide, pour « La vie avec Lacan » (Ed. Gallimard, 2016).

Intime de Jacques Lacan, elle l’a accompagné de 1971 à 1981 dans ses nombreux voyages mais aussi dans sa vie quotidienne rue de Lille, à Paris.

Un regard éclairant sur la personnalité, mais aussi sur l’oeuvre du grand psychanalyste.

- Site du Prix de littérature André Gide

En seconde partie d’émission : les chroniques

  • Relecture du" Diable au corps" de Raymond Radiguet par Andréas Becker.
  • Coup de coeur de Micheline Desponds :"Les armées » d’Evelin Rosero (Ed. Metaili, 2008)

Présentation sur le site de l’éditeur : La vie pourrait sembler idyllique à San José, petite bourgade colombienne, où Ismael, un vieil instituteur à la retraite, coule des jours paisibles avec sa femme Otilia. A la grande honte de celle-ci, il passe ses journées à cueillir des oranges et à épier sa belle voisine qui se prélasse nue au soleil. Mais lorsque des bandes armées que rien ne distingue – paramilitaires, guérilleros, narcotrafiquants – font irruption, tout se déglingue. Des habitants sont sauvagement assassinés, d’autres enlevés, des rançons sont réclamées par les ravisseurs, la peur règne sur les esprits. Ismael commence à perdre la mémoire et la raison, il ne retrouve plus le chemin de la maison, ne reconnaît plus les visages, il s’égare dans ses souvenirs et dans les rues du village à la recherche de sa femme qui a disparu. Les habitants s’enfuient, mais il décide de rester au milieu des ruines pour attendre le retour d’Otilia, sa seule et dernière boussole. Vieillard titubant, pathétique, bredouillant, mais révolté jusque dans son propre délire, Ismael est le narrateur de ce chaos sanglant où le village de San José apparaît comme un concentré chauffé à blanc d’une Colombie ravagée par la violence et les prises d’otages.

| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page