Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
8h - 11h
Cappuccino

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Les Jeudis Littéraires / Les Jeudis littéraires # 27 octobre 2016

Les Jeudis Littéraires

Les Jeudis littéraires # 27 octobre 2016

"Ravive" /avec Romain Verger (auteur) // "De la perte et d’autres bonheurs" /avec Jean Mattern
Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

Les Jeudis littéraires reçoivent :

  • Romain Verger pour « Ravive » (Ed de l’Ogre)

Présentation sur le site de l’éditeur : Un homme, venu se ressourcer près de la mer, revit un épisode effrayant de son enfance. Un autre prend la route du Nouveau-Mexique pour rejoindre les hommes-soleil. Un vacancier assiste à d’étranges disparitions sur une plage bretonne. Un professeur en congé pour préparer un concours sombre dans la folie et se livre à tous les excès dans un Paris halluciné. Et si pour survivre à nos angoisses et à ce que nous avons fait du monde, nous devions aller au bout de notre humanité et renaître ? En perpétuel équilibre entre le grotesque et l’horreur, Romain Verger propose avec Ravive neuf récits ciselés comme autant d’explorations de la fin d’un monde, le nôtre, et du début d’un nouveau.

- Site de Romain Verger

  • Jean Mattern pour « De la perte et d’autres bonheurs » (Gallimard)

Présentation sur le site de l’éditeur : Longtemps après l’adolescence, Jean Mattern relit la « fantaisie pompéienne » de Wilhelm Jensen, discret écrivain munichois (1837-1911), et le commentaire que Freud en a fait en 1907. À la suite d’un rêve qui redonne vie à une figure de marbre antique, un jeune archéologue se rend dans un état second à Pompéi. La jeune femme de son rêve vit en réalité en bas de chez lui, et n’est autre que son amie d’enfance, oubliée : elle le suivra dans son voyage, le guérira de son délire en y entrant et en utilisant les mêmes médicaments langagiers que le psychanalyste. L’amour est médecin, et la psychanalyse est une archéologie de l’amour. Jean Mattern entre-tisse plusieurs fils dans cet essai : celui de sa propre psychanalyse, de ses pertes et de ses deuils, celui d’une découverte vitale singulière ; le fil de l’éclairage que sa deuxième lecture du "Délire et les rêves" à trente ans de distance projette sur la première, et sur lui-même ; celui réciproque qu’il porte sur le texte de Freud. L’auteur s’expose et s’explique simplement, directement, au grand jour. Mais l’énigme de son enquête rappelle que, dans Pompéi enseveli, la lumière de midi accueille des fantômes.

| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page