Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
12h - 17h
Décrochage antenne : programme musical

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Liberté sur paroles / Liberté sur paroles # 02 mai 2016

Liberté sur paroles

Liberté sur paroles # 02 mai 2016

Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

Comment l’Europe bafoue les droits de l’homme / avec la CIMADE

Annette Huraux, en charge des solidarités internationales à la CIMADE Ile de France. Accord UE-Turquie, nouveau mandat de Frontex, création de hotspots et de centres de retentions délocalisés : comment l’Europe bafoue les droits de l’homme. Détail des politiques européennes des risques engendrés par leur application via leur bras armé, l’agence Frontex. Depuis 2004, l’agence privée qui coordonne la gestion du contrôle aux frontières extérieures de l’Union européenne (UE), a vu ses compétences augmenter de façon constante, sans contrôle indépendant sur ses activités et sans mise en responsabilité en cas de violation des droits : déploiement de contingents d’action rapide (2007), administration du système de surveillance des frontières EUROSUR (2012), possibilité d’intercepter des personnes en mer et de les débarquer hors de l’UE (2014), multiplication du budget par 13 en dix ans. Concrètement, l’agence est habilitée à renvoyer des personnes depuis des pays comme la Serbie, ou encore la Turquie, sur la base d’un ordre d’expulsion ne répondant pas aux standards européens, et sans garanties que ces personnes ne soient pas soumises à des traitements inhumains et dégradants dans le pays de renvoi. L’UE fait la démonstration de son incapacité à répondre aux impératifs d’accueil et de protection internationale en renforçant un arsenal quasi-militaire qui met en danger les personnes en migration, au mépris du droit et des valeurs qu’elle prétend défendre. Le nouveau mandat attribué à FRONTEX est un signal politique fort d’un entêtement sécuritaire fondé sur le rejet de l’autre et des amalgames racistes.

Les fêtes du plurilinguisme à Thessalonique

Argyro Moumtzidou, universitaire et didacticienne grecque, initiatrice des fêtes du plurilinguisme à Thessalonique, Kosani et Larissa en Grèce. Ces fêtes qui consacrent la tolérance et l’hospitalité s’inscrivent dans le prolongement d’une recherche-action qui a duré deux ans et qui a visé à la formation (longue durée) des enseignants grecs. Elle s’est basée sur l’hypothèse générale que l’éveil aux langues est susceptible de créer chez les enseignants des savoirs, des attitudes et des aptitudes qui leur permettent de mieux valoriser le capital linguistique et culturel de leurs élèves ainsi que de leur donner un ensemble de pratiques et une typologie de compétences qui leur permettraient de faire des choses avec les langues dans tous les domaines disciplinaires. Un éveil aux langues est susceptible d’aider les enseignants à mieux valoriser le capital linguistique et culturel de leurs élèves, à développer l’interculturalité sous ses divers aspects dans leurs pratiques éducatives ainsi que de mener à bien une éducation langagière en fonction des besoins et des capacités de petits locuteurs de langues variées et sur le plan d’une sensibilisation systématique aux compétences métalinguistiques, métacognitives et interculturelles. Ou comment faire prendre consciences aux enfants qui arrivent en ayant parfois perdu tout confort et tout repère qu’ils sont riches d’une culture et qu’ils peuvent la partager avec les habitants du pays qui les accueille.

Les 50 ans de "Hommes et Migrations"

Invités : Marie Poinsot rédactrice en chef de la revue "Hommes et Migrations" et des membres de son comité de rédaction pour évoquer 50 ans d’histoire de la revue : Khélifa Messamah (directeur de recherches à à l’Université de Paris VIII et l’Institut Maghreb-Europe), Ezzedine El Mestiri (ancien journaliste), Alain Seksig (directeur du CNAV Paris), et Catherine Wihtol de Wenden (directrice de recherches au CERI-Sciences-Po Paris), tous des contributeurs actifs de la revue.

A l’occasion de son jubilée, "Hommes & Migrations" s’interroge sur la particularité de son aventure éditoriale. En parcourant les expériences à son actif, cette émission questionne sa place dans le paysage intellectuel : savoir d’où elle vient, mesurer les étapes parcourues, et réfléchir où elle peut aller à l’avenir." Hommes & Migrations" doit beaucoup à sa création par l’association Amana qui apporte son soutien aux migrants dans l’après-guerre à Paris. Cette idée que l’information peut guider les actions de terrain et mieux les qualifier fait déjà son originalité et va rester une de ses missions principales : diffuser les savoirs pour lutter contre les idées reçues et les discriminations. Devenue au fil des décennies une revue dite « scientifique » sur les phénomènes migratoires, elle ne s’est pas éloignée de son identité première, même si les formats ont évolué.

| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page