Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
21h - 6h30
Décrochage antenne : programme musical

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Lusitania / LUSITANIA # 07 AVRIL 2018

Lusitania

LUSITANIA # 07 AVRIL 2018

Livre "Le collectionneur d’herbe" de Francisco José Viegas
Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

Joëlle Nascimento vous propose cette semaine de partir à la découverte du dernier roman traduit en français de l’écrivain portugais FRANCISCO JOSÉ VIEGAS : "Le collectionneur d’herbe"

Parution le 01 mars 2018 - 352 pages - Traduit par Pierre Michel Pranville

Éditeur : Mirobole

—  4e de couverture Jaime Ramos, chef de la brigade criminelle à la PJ de Porto, préfère sa ville à toute autre. Dans son appartement s’empilent ses livres, qu’il lit l’hiver exclusivement. Attaché à son équipe comme à une famille, il est sourd d’une oreille et aime déambuler dans la vieille ville. Cette fois, l’affaire dont il hérite va l’obliger à remonter trois fils parallèles : pourquoi deux Russes viennent-ils se faire assassiner dans le Minho ? Pourquoi une jeune fille de bonne famille disparaît-elle brusquement ? Et, surtout, qui est ce mystérieux collectionneur d’herbe qui envoie un jeune ingénieur parcourir les ex-colonies portugaises ? Son enquête mènera le lecteur jusqu’en Angola, au Brésil et au Cap-Vert, pour un roman d’une sensibilité rare, à la tonalité envoûtante : un polar langoureux sur le désenchantement, l’amour et la beauté.

— 

Diffusion d’une interview exclusive de l’auteur enregistrée lors du lancement du livre qui a eu lieu à la Fondation Gulbenkian le 15 mars 2018. Durée de l’interview 25 mn.

Questions abordées avec l’auteur :

Comment est né « Le Collectionneur d’herbe » ? Comment est née l’idée de ce roman ?

Pourrait-on dire que vous aimez écrire des polars poétiques ?

Au-delà de cette dimension poétique, « Le Collectionneur d’herbe » comme souvent vos romans intègre une forte dimension sociale et historique. Ici on retrouve un Portugal tiraillé entre sa modernité européenne et son passé post-révolution des œillets et postcolonial. Une image d’un Portugal torturé et encore mal à l’aise avec son histoire récente. Pourquoi avoir choisi d’aborder ces questions ainsi ?

En France on a surtout l’image d’un Portugal, terre d’émigration massive. Dans « Le Collectionneur d’herbe » vous campez un Portugal terre d’accueil d’immigrés notamment slaves. Qu’aviez-vous envie d’exprimer à travers cela ?

Pourrait-on dire que votre roman est une sorte de « fado polar » et qu’il est ainsi très lusophone ?

Est-ce que d’un point de vue personnel la question de la fin de vie vous préoccupe ?

Peut-on dire que Jaime Ramos est maintenant un vieil ami ? Quel rapport entretenez-vous avec Jaime Ramos ?

Votre roman propose une extraordinaire galerie de portraits. Tous les personnages même secondaires sont dépeints avec une grande minutie voire avec une grande empathie. On sent que vous les aimez chacun à leur manière. Comment travaillez-vous vos personnages ? Vous arrive-t-il notamment de vous inspirez de personnes réelles ?

Vous arrive-t-il de vous sentir « inadapté » à l’image de vos personnages Isaltino de Jesus et Jaime Ramos ?

Si j’ose dire vous êtes un toute-à-tout : universitaire, journaliste, rédacteur en chef et éditeur, présentateur de télévision et de radio, poète, directeur de la maison Fernando Pessoa, grand voyageur, blogueur de talent et même député et secrétaire d’Etat. Dans cette vie bien remplie quelle place tient l’écriture ?

Vous avez déclaré il y a quelques temps à un journaliste du Monde que « Toute littérature est policière puisqu’elle tourne autour de la mort, de l’énigme, de la faute… ». Pouvez-vous nous en dire plus sur votre goût pour la littérature policière ?

Je crois savoir que vous venez d’une famille marrane, cette histoire familiale influence-t-elle votre vision du monde et vos œuvres ?

— 

Interview téléphonique en direct de l’éditrice Sophie de Lamarlière

Présentation des éditions Mirobole Comment s’est fait la rencontre avec Francisco José Viegas ? Qu’est ce qui retenu votre attention dans le Collectionneur d’herbe ?

—  Agenda des événements culturels lusophones à venir cette semaine

RODRIGO LEAO, le vendredi 13/04/2018 à 20h30 à La Seine Musicale de BOULOGNE

Atelier Je(ux) avec Fernando Pessoa et Ghislaine Herbera Organisé par Festival Raccords et Editions Chandeigne - Dimanche 8 avril - 10 rue tournefort, 75 005 Paris

Rencontre avec Valério Romão Jeudi 12 avril de 19h à 21h - Librairie Folies d’Encre Noisy-le-Grand - 5, allée Lino Ventura (place du marché), 93160 Noisy-le-Grand

Hydrolyse - Fado fragmenté et guitare désarticulée Organisé par Eva Pritsky - 5 Rue d’Eupatoria, 75020 Paris - Vendredi 13 avril à 20:00 - 21:00

—  Programmation musicale

Linda Martini , groupe portugais de rock alternatif - Cor de Osso - De l’album Linda Martini sorti le 16 février 2018

Aline Frazão, chanteuse angolaise - Susana extrait de son 3e album Insular sorti en avril 2016

Mario Lucio , chanteur capverdien - Cantiga Pa Pedra extrait de l’album Kreol sorti en 2011

Nos partenaires

| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page