Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
21h - 6h30
Décrochage antenne : programme musical

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin / Ecoute ! Il y a un éléphant… # 14 octobre 2015

Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin

Ecoute ! Il y a un éléphant… # 14 octobre 2015

Les inéditeurs (pour BOUM !) ; Chantal Herrmann et Oriane Charpentier (pour Paris Mômes) ; Julien Prost (pour NUMOK)
Courriel Facebook Myspace Google Yahoo! Plus...

Emission très numérique, avec la présentation de "Boum !", appli pour tablette, par l’équipe des Inéditeurs au grand complet ; et avec la présentation du festival NUMOK dans les bibliothèques parisiennes par Julien Prost. Mais aussi très papier, avec le journal "Paris Mômes" qui fait paraître son centième numéro, avec Chantal Herrmann, rédac chef, et Oriane Charpentier, journaliste. Quand à Lionel Chenail, il est venu pour rien (mille excuses), pas de lecture car on avait pris du retard.

Application numérique

interview de toute l’équipe des Inéditeurs, c’est au début

« 2 euros 99, soit à peine l’équivalent d’un canon de vin rouge ou de 3 œufs durs au comptoir d’étain… » , peut-on lire sur la page Facebookdes Inéditeurs, annonçant la sortie de leur nouvelle application numérique pour tablette, BOUM ! parue cet été. Voilà une jolie façon de rappeler le prix très modique d’une appli, mais surtout de faire un petit clin d’œil poétique à Jacques Prévert, à l’écriture, l’humour et l’inventivité duquel cette application semble faire référence avec subtilité, même si le nom du poète est à peine évoqué, et encore seulement sur le site des éditions. En filigrane, de l’application BOUM !, il y aurait le poème de Prévert, Le temps perdu :

« Devant la porte de l’usine / Le travailleur soudain s’arrête / Le beau temps l’a tiré par la veste / et comme il se retourne / et regarde le soleil / tout rouge tout rond / souriant dans son ciel de plomb / Il cligne de l’œil familièrement / Dis donc camarade soleil Tu ne trouves pas que c’est plutôt con / de donner une journée pareille à un patron ? »

Au-delà du poème dont s’inspire peut-être le récit graphique qui compose l’application BOUM !, imaginé et illustré par Mikael Cixous, de Prévert on retrouve aussi l’inventivité sous une apparente simplicité. L’histoire, d’abord. Celle d’un homme ordinaire, en route pour une nouvelle journée routinière au bureau, et qui se va se révéler pleine d’imprévus et lui offrir une aventure inhabituelle. Mais rêve ou réalité ? Sans un mot, les scènes se suivent en un long travelling horizontal qui sollicite seulement un simple glisser du doigt, pour suivre ce drôle de bonhomme noir, son chapeau sur la tête. Des images graphiques très épurées, où dominent surtout un noir et blanc et rouge très denses, mais pas seulement. Sérigraphie, gravure ou tout simplement numérique, je n’en sais rien, mais la force des images et la variété de leur composition impulsent du mouvement. Un simple glissé du doigt, donc, rien d’autre, ce qui, pour une application numérique, est pour le moins inhabituel. .Mais il faut prendre le temps pour avancer dans ce superbe récit graphique afin de profiter pleinement de la bande sonore qui lui donne tout son sens, ou plutôt ses multiples sens. Extrêmement raffinée, en particulier dans les enchaînements, elle mêle sons naturels, musique instrumentale et bruitages. Qu’on avance lentement ou rapidement, qu’on revienne en arrière ou qu’on reste sur place, la bande sonore semble s’adapter et se renouveler à chaque fois, provoquant de nouvelles sensations propices à faire galoper l’imagination du lecteur. Il faut dire qu’elle est réalisée par Jean-Jacques Birgé, musicien, compositeur, designer sonore, auteur multimédia, depuis de nombreuses années. Les plus anciens parmi vous se souviendront peut-être du superbe cdrom Alphabet, d’après l’œuvre de Kveta Pacovska, sorti en 1999, dont il avait composé la bande sonore. Pas pour les enfants, pas pour les adultes, mais pour tous : avant tout œuvre de création artistique, picturale, musicale et interactive, comme le sont encore trop rarement les applications numériques, BOUM ! est la quatrième réalisation numérique des Inéditeurs, qui sont d’ailleurs quatre et nous font le plaisir d’être tous là, autour de la table, ce matin. Mikael Cixous, Jean-Jacques Birgé, mais aussi Mathias Franck, le développeur, et Sonia Cruchon aux manettes du projet. Bonjour à tous les quatre et bravo pour BOUM ! ; qui je le précise tout de suite, est disponible pour tablette iPad et Android.

- Site des Inéditeurs

Festival numérique

Reportage de Julien Prost, c’est à 45 minutes

Organisée par les bibliothèques de la Ville de Paris, la première édition du festival Numok met en avant le numérique comme lieu de partage, de jeu et de découverte. Du 10 au 24 octobre, une riche programmation est proposée gratuitement à tous les publics, avertis ou totalement novices, petits ou grands. Culture du libre, big data, biens communs, impression 3D, robotique, musique assistée par ordinateur, électronique, géolocalisation, programmation informatique, cartographie subjective, light paint, réalité augmentée, jeux vidéo expérimentaux : voilà un florilège de thèmes où chacun pourra bidouiller, contribuer, créer, s’amuser, découvrir ou s’informer.

- Le programme du festival Numok

Presse papier

Interview de Chantal Herrmann et Oriane Charpentier, c’est à 55 minutes

Si vous lisez Libération, si vous allez avec les enfants au théâtre, au cinéma, au musée, à la bibliothèque, c’est sûr, vous connaissez Paris Momes, ce bimestriel gratuit, diffusé avec le Libé du mercredi, 6 fois par an et mis à disposition toute l’année dans de nombreux lieux parisiens. Paris Mômes, ce sont des infos, des critiques, des propositions pour éveiller la curiosité et l’envie d’aller, avec les enfants, à la découverte de lieux, d’expositions, de spectacles, de films, d’ateliers à fréquenter en famille, mais aussi un choix de livres ou de CD parmi les nouveautés. Avec une volonté évidente de faire une large place à l’art et à la création contemporaine, qu’elle soit photographique, picturale ou graphique. En témoignent, entre autres, les illustrations intérieures et les couvertures du journal, toujours très pêchues, réalisées par des photographies ou de jeunes graphistes illustrateurs que Paris Mômes a l’art de savoir dénicher. Ainsi : la couverture du numéro 100 sorti au début du mois, couverture réalisée par Jeanne Detallante, qui s’est lancée depuis peu dans l’édition jeunesse mais possède déjà un univers très personnel. Ses livres, comme souvent ceux chroniqués par Paris Mômes, s’inscrivent résolument dans un univers graphique très créatif. D’ailleurs chez Paris Mômes, pas question de se limiter dans les propositions aux offres culturelles estampillées pour enfants, et c’est souvent que le journal incite à aller découvrir une exposition ou un lieu qui ne leur sont pas particulièrement destinés, toujours à l’affût de nouvelles initiatives. Au fil des années et des numéros, les chroniques, écrites par des journalistes spécialisés fin connaisseurs de l’offre culturelle pour les enfants, se sont étoffées, les numéros s’organisent autour de dossiers thématiques, et Paris s’y révèle bien sûr un immense terrain de découvertes pour les enfants, qu’ils soient encore bébés ou déjà des pré-ados. Qui dit gratuit, dit publicité, on n’y coupe pas, en tous cas dans la presse papier, mais là encore, les annonceurs culturels sont privilégiés. Pour son centième numéro, paru au début de ce mois, et qui ponctue 18 ans d’existence, Paris Mômes a fait les choses en grand. Un journal plus épais, donc plus d’infos et avec pour la première fois des pages de jeux pour les enfants. Et surtout Paris Mômes s’expose, ou plutôt expose des artistes qui ont souvent créé pour le journal : Didier Cornille, Delphine Renon, Federaica Del Proposto, Vincent Balas et Jeanne Detallante. Ca se passe à la galerie Arts factory Bastille, rue de Charonne, dans le cadre de leur exposition Kids Factory jusqu’au 7 novembre. L’équipe de cette galerie dédiée aux arts graphique contemporains a donné carte blanche à Paris Momes, tandis qu’elle-même fait la part belle aux enfants, en exposant trois illustrateurs, Stéphane Kiehl, Guillaumit et Lili Scratchy. Des univers colorés, un rs et dont on aime ici beaucoup l’univers. Des points communs avec Paris Momes, c’est sûr que notre émission en a beaucoup, à commencer par ce souhait d’élargir les expériences et les découvertes culturelles des enfants. Aussi ce matin, nous sommes ravies d’accueillir Chantal Herrmann, sa rédactrice en chef, et Oriane Charpentier, journaliste.

- Site de Paris Momes
- Site de galerie Arts Factory : L’exposition Kids Factory y est présentée jusqu’au 7 novembre

Programmation musicale

- Tita, tita,tita, Zaf Zapha - Dounia (Tout s’métisse, 2015)
- Je ne te connais pas, André Borbé - Les tympans pimpants, 2015
- Le roi Yom et les six reines, Catherine Vincent - Les contes de Malmouque (Victor Mélodie, 2015)
- Qu’est-ce qu’il y a, Yaya, Virginie Capizzi et Thomas Cassis - Origami et canetons dégourdis (Victor Mélodie, 2014)
- Un ours of course !, Lawrence Williams - Un ours of course ! (Actes Sud junior, 2015)

| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page