Aligre FM - Paris 93.1

Radio libre, indépendante et non-commerciale depuis 1981.

En ce moment à l’antenne :
12h - 17h
Décrochage antenne : programme musical

Accueil du site / Programmes / Les émissions / Odyssées immigrées

Odyssées immigrées

Magazine sur l’immigration
Le 3e vendredi du mois de 10h à 11h
Une émission présentée par Sophie Haluk
S’abonner au podcast : RSS RSS iTunes iTunes RSS Google Reader RSS My Yahoo!

Odyssées immigrées a pour question centrale la place laissée par notre société à cet Autre qui est aussi une part de nous-mêmes : l’étranger, l’immigré, l’exilé. Née avec le désir de prolonger un premier travail de témoignages écrits et de portraits photographiques des « pères de l’immigration », ces hommes seuls vivant en foyer, l’émission s’est d’abord attachée à mettre en perspective ces récits de vie, véritables odyssées qui parviennent rarement jusqu’à nous. Les invités, qu’ils soient historiens, sociologues, psychanalystes, artistes, etc., sont venus lire et réagir à cette histoire vécue de l’immigration, qui demande encore à être écrite.

L’émission, qui avait pour sujet la transmission d’une mémoire oubliée, voire méprisée, s’est ouverte à toutes les questions liées à l’immigration et aux rapports Nord-Sud, que ce soit la dette des pays pauvres, les camps aux frontières de l’Europe, la question des sans-papiers, des discriminations raciales…

Odyssées immigrées se veut un lieu de débat ouvert et ne veut se priver d’aucune forme ni d’aucun questionnement jugé important. Ainsi en 2004, Odyssées immigrées a consacré une série d’émissions sur le génocide des Tutsi du Rwanda ; des reportages au Cambodge avec des rescapés de la terreur khmer rouge. Des hommages ont également été rendus : au grand intellectuel arabe Samir Kassir, assassiné à Beyrouth le 2 juin 2005, par son ami Farouk Mardam Bey ; au « citoyen absolu » que fut François-Xavier Vershaves, économiste, écrivain, président de l’association Survie, mort le 29 juin 2005, par Antoine Bangui, démocrate tchadien, Almamy Wane, écrivain sénégalais et Benjamin Moutsila, de la Fédération des Congolais de la diaspora… L’émission a également permis à un projet autour de Bartok et sa démarche d’ethnomusicologue, réalisé avec ma classe de piano, de questionner parents et enfants sur la transmission de la culture d’origine par le biais de la musique.

Quelques invités

  • Alice Cherki, psychanalyste, auteur de "Franz Fanon, portrait" édité chez Fayard, a réagi aux témoignages de deux Algériens du foyer de Gonesse.
  • Ragunath Manet, danseur et chorégraphe franco-indien, sur le témoignage de Marie-Clément-Blaise.
  • Marie-Christine Volovitch-Tavares, historienne, spécialiste de l’histoire de l’immigration portugaise en France, a réagi, avec les musiciens José Machado et Zeni d’Ovar, au témoignage d’Alexandrino.
  • Luiz Andrade Silva, éditeur, ancien directeur de foyer de travailleurs immigrés, dirigeant associatif, écrivain cap-verdien, sur le témoignage d’Emilio.
  • Dieudonné Niangouna, dramaturge congolais, et son frère Criss Niangouna, acteur, fondateurs de la troupe « Les bruits de la rue », et Grégoire N’Daki, sociologue, sur l’histoire de l’immigration congolaise.
  • Témoignages d’Amar Bouagada et de Mohamed Benkenia, habitants franco-algériens du foyer de Sartrouville ; témoignage de Cécile Labarthe, seule femme vivant dans ce même foyer.
  • Bouba Touré, photographe franco-malien — Xavier Barois, chargé de mission au Service sociale d’aide aux émigrants — Mama, jeune femme franco-sénégalaise, ex-victime d’un mariage forcé — PabandasBaul, musicien bangali vivant en France et sa femme Mimlu SenRicardo Vilas, Jaymino Moreira, Akawa, musiciens brésiliens vivant en France.
  • Razi Idoussi, économiste, président de l’AITEC, et David Eloi, de la revue Altermondes, sur la dette des pays du Sud.
  • Cinq acteurs du Théâtre du Soleil, sur le spectacle « Le dernier caravansérail » d’Ariane Mnouchkine, écrit, entre autres, à partir des témoignages de réfugiés des camps de Sangatte et d’Australie.
  • Jérôme Valluy, maître de conférences à Paris I, membre du Centre de recherches politiques de la Sorbonne (CRPS), membre associé du Centre d’études africaines, co-auteur du "Retour des camps ?", éditions Autrement.
  • Emmanuel Terray, anthropologue, directeur d’études à l’EHESS, membre du cercle Migration et liberté, militant de longue date auprès des sans-papiers, co-auteur de "Sans papiers, l’archaïsme fatal", La Découverte.
  • Ahmed Baba Miské, intellectuel mauritano-sahrawi, poète, ancien ambassadeur de Mauritanie aux Nations Unies, ancien directeur chargé des PMA à l’Unesco, grand défenseur des luttes de libération du « tiers-monde ».
  • Patricio Esposito, photographe napolitain, en charge des éditions Alfabeto urbano, auteur du livre "Nécessité des visages", sur les Sahrawi — Jean Lamore, écrivain franco-américain vivant à Paris, rédacteur de la revue Mamba, auteur d’AKA, et David Appelfield co-éditeur du livre.
  • Mehdi Ba, auteur de « L’illusionniste, un héros de l’humanitaire sur le banc des accusés » sur le procès du pédophile François Lefort, accusé par 5 jeunes Sénégalais.
  • Farouk Mardam Bey, responsable des collections Sinbad, auteur avec Elias Sambar, de "Être arabe", édité chez Actes Sud.
  • Ricardo Parvex, président de l’Association des ex-prisonniers politiques du Chili, retour sur Pinochet.
  • Pap N’diaye, maitre de conférence à l’EHESS et au centre d’études nord-américaines, Patrick Lozes, président du Cran (Conseil représentatif des associations noires) et François Durpaire, professeur d’histoire à la Sorbonne, auteur de "France blanche, colère noire", édité chez Odile Jacob, sur la mobilisation des Noirs de France.
  • Julien Husson, membre du comité éditorial du livre "L’Autre campagne", La Découverte ; Jérôme Martinez, de la Cimade sur la campagne "Assez d’humiliations !" ; Régis Marzin et Sebastian Alzereca, de l’association Survie, sur le sommet citoyen France-Afrique : sur la réapropriation citoyenne de la politique.
  • Éric Fassin, sociologue, professeur agrégé à l’ENS, a dirigé avec Didier Fassin l’ouvrage collectif "De la question sociale à la question raciale ?", La Découverte : sur les discriminations raciales.
  • Marwan Mohammed, sociologue, chercheur au centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales, auteur de l’ouvrage collectif « Quand les banlieues brûlent », La Découverte.
  • Ryuichi Hirokawa, photojournaliste, rédacteur en chef de la revue Days Japan, à Tokyo et auteur du documentaire "Nakba, 1948" ; Maki Nakano, saxophoniste de freejazz japonaise vivant en France et… sans papiers.
  • Olivier Le Cour Grandmaison, professeur de philosophie et de sciences politiques, et Mathieu Rigouste, chercheur en socio-histoire, membres de l’Observatoire de la l’institutionalisation de la xenophobie.
  • Patricia Sitruk, directrice générale de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration et Laure Blevis, sociologue, historienne de la colonisation, co-commissaire de l’exposition "1931, les étrangers au temps de l’exposition coloniale".
  • Abasse Ndione, écrivain sénégalais, auteur de "Mbeke mi, à l’assaut des vagues de l’Atlantique", édition Gallimard.
  • Nicolas Jounin, sociologue, auteur de "Chantier interdit au public", édition La Découverte.
  • Marc Bernardot, sociologue, auteur de "Camps d’étrangers" et "Loger les immigrés", édition du Croquant.
  • Alexandre Pierrepont, ethnologue, enseignant à Paris-Diderot et Science Po, réagit au "Manifeste pour les produits de haute nécessité" signé par les écrivains E. Glissant et P. Chamoiseau et sept autres intellectuels caribéens, suite au mouvement social en Guadeloupe et Martinique. A. Pierrepont explore la notion de "créolisation du monde" exposée notamment dans le livre "L’intraitable beauté du monde" (ed.Galaade) co-écrit par ces deux mêmes auteurs.
  • Ariel Cypel, directeur artistique chargé du théâtre et des films documentaires à l’Espace Confluences (Paris XIe) et Dominique Lurcel, metteur en scène de la pièce de théâtre "Folies coloniales".
  • Olivier Le Cour Grandmaison, pour ses ouvrages "Coloniser, exterminer, sur la guerre et l’état colonial", et "La République impériale, politique et racisme d’Etat", édités chez Fayard.
  • Catherine Coquery-Vidrovitch, professeure d’histoire contemporaine de l’Afrique et Gilles Manceron, historien et vice-président de la Ligue des droits de l’homme.
  • Claudy Siar, animateur sur RFI de "Couleurs tropicales", patron de Tropiquesfm.
  • Djibril Biaby, porte-parole du Collectif de Sans papiers de Paris ; Sekou Diabaté, ancien secretaire de la coordination nationale des Sans papiers ; et Bouba Touré, photographe et militant de la première heure.
  • Série sur le Cambodge : émission-reportage à la prison S21, musée du génocide khmer rouge, rencontre avec des victimes de la terreur khmer ; Entretien avec deux cambodgiens vivant entre la France et le Cambodge : M. Diap, cambodgien d’origine chinoise, ex-victime du régime khmer rouge, réfugié politique en France ; Borath Ros, architecte cambodgien, directeur de l’Apsara, institut en charge de la restauration du site d’Angkor.
  • Série sur le Rwanda : avec Medhi El Hajj, réalisateur de la série « Rwanda, un génocide oublié » de Laure De Vulpian, sur France Culture ; Marcel Kabanda, historien rwandais de l’Unesco, co-auteur du livre "Les media du génocide" ; Anne Lainé, réalisatrice, et Assumpta Mugiraneza, traductrice, sur les rescapés tutsi du génocide ; Medhi Ba, auteur de « Rwanda, un génocide français » et éditeur de "L’inavouable, la France au Rwanda" de Patrick de Saint-Exupéry, les Arènes, 2004 ; Bruce Clarke, artiste anglais, auteur du projet "Jardin de la mémoire", mémorial aux victimes du génocide des tutsi ; François-Xavier Vershaves, président de l’association Survie, initiateur de la "Commission d’enquête citoyenne" sur le rôle de la France dans le génocide ; José Kagabo, historien franco-rwandais, professeur à l’EHESS, sur la justice au TPIR d’Arusha ; Dominique Franche, auteur de "Généalogie du génocide rwandais" édition Tribord, 2004.
| Plan du site | À propos | Mentions légales | Haut de page